Page images
PDF
EPUB

AD NOBILISSIMUM VIR.UM

LUDOVICUM FLANDRENSEM PRATAM

PITIONIS DOMINCM EUMDEM

Sacrje Cjesareje MAJF.STATIS CONSIMARIUM

ACTIO <2l.EDA.1I GRATIARUM.

PER JACOBUM MEYERUM.

Et si pro merilis heros clarissime tantis

Nostra llialia tibi nequeat persolvere grates,

i\on ingrata tamen vult aut taciturna videri;

Sed tanto hcroi tali splendore corusco,

Paucos heroos raptim tibi pangere versus.

Qui Iicet in magnis rebus versaris, et alti

Induperatoris praecelsa ncgocia tractas.

;V>ii tamen Aonidum Iinquis vada sacra sororum,

Pallados aut doctae praeclaras deseris artes.

Authomm omne genus vigilanti pectore volvis.

Ut mel condit apes priscis quae dicta matina csl,

Te phcebaea cohors in ccelum subvehit omnis.

Ilistorici vcrc celebrant decorantque poctx,

Atque vocant patrem, mecocnalemque benignum.

Tu decus es nostrum, Flandrae tu gloria terrae:

Cujus stemma scatet veterum de sanguine regum,

Flandrorumque ducum, cognomen cui dedit amplum:

Patria, cui virtus ccelorum hmina pandit.

Qua te voce canam quo te sat carmine dicam?

Cujus nobilitas sic est virtutibus aucta,

Sic claris factis totum testata per orbem,

Ut quamvis redeat regum cantator Homerus,
Nil etiam tanti vatis pneconia curet.
Accedit laudum cumulo quod filius omnem
Virtutem rcferat, menlemque animumque parentis;
Cujus sic teneros clarus Bacchusius annos
Arlibus ingenuis et sanctis moribus ornat,
Ut jam jam capiat spem certam Flandria tota,
Hunc decus letenium patriae gentique futurum.
Fundimus hos versus potius quam scribimus ad lc,
O Ludovice parens et consolatio nostra ,
Rebus et afllictis spes unica et anchora tuta.

AD DISCIPULOS SLOS

JACOBIM ET PHILIPPUM A FLANDRIA,

HOHTANDO EOS AD VIRTUTEM.

0 chari fratres vestras agnoscite dotes,

Quaeque dedit vobis munera larga Deus.
Et ne pcrdalis ccelestia dona cavele,

Brulaque ne tellus tanta talenta tegat.
Est vigor ingcnii vobis, est spiritus acer,

Magnaque vis animi, mensque beata nimis.
Corporibus sanis telas hetissima florel,

Nobilitas claro stemmate vestra micat.
Altaque ab invictis trahitis cognomina Flandris,

Quo liquet ad reges vosque referre genus.
At nil stemma juvat, nil prodest alta propago ,

Si virtute sua non comitata venit.
Allicus Herodes ceras male jactat inanes,

Quando a tam magnis degeneravit avis,

Ortus erat Romae claro Gatilina parente,

Sed patriae titulis obfuit ille suis.
Scipio cui tantos dedit Africa victa triumphos,

Perdidit in nato gaudia multa suo.
Dedecorique fuit Ciceroni (ilius ille

Qui non facundus, sed temulentus erat. Tarquinius stulte praelustri stirpe superbit,

Dum fcedat claram per sua stupra domum. Stirps Maacliae indignae patrem Davida ciebat,

Dignus et Abimilech non Gedeone fuit. Exhaeredatus Fabius monstravit abunde

Stemmata quid prosunt moribus absque bonis. Magnanimi fratres sanctis majoribus orti,

Antiqua et vera nobilitate sati,
Discite clarorum sectari exempla parentum,

Virtutique sacrs jungere rite genus,
Atque esse hanc veram et supramam nobilitatem,

Omnibus in factis jussa tenere Dei.

[ocr errors]

ХОТЕ

Les Élégies de Jacques De Pape ont été publiées par Jacques De Meyere; ce grand historien a jugé l'ouvrage digne de voir le jour, mais il est probable qu'il n'a pas considéré ces élégies sous le rapport littéraire seul, car comme œuvre de poésie, le mérite n'en est pas bien remarquable. Meyere aura trouvé que l'œuvre de De Pape était un monument historique, présentant dans de la prose cadencée, un tableau assez,fidèle des douleurs d'une partie du règne de Charles-Quint; des faits dont on aurait prohibé la publication en prose élégante, passaient la censure lorsqu'ils étaient racontés en vers ou à peu près. Jacques De Pape n'est pas cependant tout-à-fait sans mérite: il y a quelquefois

du mouvement dans sa diction; la vue des malheurs de son temps l'inspire par moments et alors:

Fecit indignâtio versum.

La biographie de De Pape n'a jamais été publiée; il était l'ami de Meyere. C'est à cela que se borne tout ce que l'on connait de sa vie. Dans l'approbation d'un tout petit livre publié par François Amelry, Carmélite, chez Jacques Destrée, en 1552, le nom de Jacques De Pape, prêtre, est mentionné comme censeur de livres: il est possible que ce censeur de livres et notre poète ne soient qu'un seul individu, et dans cette supposition De Pape s'exprimait dans ses élégies sur le gouvernement avec beaucoup plus de franchise qu'on n'en attendrait d'un fonctionnaire de cette catégorie.

L'ouvrage est sorti des presses d'Hubert Crocus, un de nos premiers imprimeurs. Ces élégies sont une rareté bibliographique: j'en dois la connaissance à M. Serrure, de Gand, dont la bibliothèque, pour la littérature de notre pays, est beaucoup plus complète que la bibliothèque royale. M. Serrure a bien voulu me permettre de reproduire ce petit ouvrage et je lui présente ici publiquement l'expression de ma profonde reconnaissance; ce n'est pas d'ailleurs la première fois que j'ai eu occasion de reconnaître la générosité de M. Serrure, sous ce rapport.

[graphic][ocr errors]
« PreviousContinue »