Page images
PDF
EPUB

Ut veniat? Lacrymæ siccentur protinus , et se
Excusaturos non sollicitemus amicos.
Da testem, judex quum dixerit : audeat ille
Nescio quis, pugnos qui vidit , dicere, VIDI;
Et credam dignum barba, dignumque capillis
Majorum. Citius falsum producere testem
Contra paganum possis , quam vera loquentem
Contra fortunam armati contraque pudorem.

Præmia nunc alia , atque alia emolumenta notemus
Sacramentorum. Convallem ruris aviti
Improbus, aut campum mihi si vicinus ademit,
Et sacrum effodit medio de limite saxum ,
Quod mea cum vetulo coluit puls annua libo,
Debitor aut sumptos pergit non reddere nummos,
Vana supervacui dicens chirographa ligni,
Exspectandus erit qui lites inchoet annus
Totius populi : sed tunc quoque mille ferenda
Tædia , mille moræ : toties subsellia tantum
Sternuntur : jam facundo ponente lacernas
Cæditio , et Fusco jam micturiente, parati
Digredimur, lentaque fori pugnamus arena.

[ocr errors]

Crois-moi, sèche tes pleurs; ne va pas, tout confus,
De tes amis tremblants mendier les refus...
Quand le juge dira, « Témoins, que l'on dépose!
Celui qui vit frapper, s'il dit J'ai vu, s'il l'ose,
Il est digne de vous , ancêtres chevelus! -
On trouvera plutôt, dans ces temps dissolus,
Un fourbe, accusateur d'un citoyen vulgaire,
Qu'un témoin vrai , parlant contre un homme de guerre.

Bienheureux les soldats ! Un voisin , un méchant,
S'est-il approprié les trois quarts de mon champ;
A-t-il, de mon domaine un jour forçant l'entrée,
Arraché de sa main la limite sacrée
Où j'apporte , selon l'usage, tous les ans,
La farine et le sel , religieux présents ?
Mon debiteur veut-il, devant son écriture,
Nier sur un billet sa propre signature :
Il faut, toute une année, attendre sans succès
Qu'un peuple de plaideurs aient vidé leurs procès.
Et puis, mille retards encor; l'ennui m'assiége...
On prépare cent fois table, gradin et siége;
Déjà Céditius, cet orateur ardent,
Dépouille sa lacerne; et, par un soin prudent ,
Fuscus, prêt à parler, soulage sa vessie...
Mais la cause est remise , et ma bourse amincie :
Ne foule pas qui veut l'arène du barreau !...

Ast illis, quos arma tegunt et balteus ambit,
Quod placitum est ipsis, præstatur tempus agendi,
Nec res atteritur longo sufflamine litis.

Solis præterea testandi militibus jus
Vivo patre datur : nam, quæ sunt parta labore
Militiæ, placuit non esse in corpore census,
Omne tenet cujus regimen pater. Ergo Coranum
Signorum comitem, castrorumque æra merentem,
Quamvis jam tremulus, captat pater. Hunc favor æquus
Provehit, et pulchro reddit sua dona labori.
Ipsius certe ducis hoc referre videtur,
Ut, qui fortis erit, sit felicissimus idem;
Ut læti phaleris omnes , et torquibus omnes

Quant à l'homme qui ceint l'épée et le fourreau,
Il choisira son temps , sûr d'obtenir justice,
Sans que tout son pécule au barreau s'engloutisse.

Du vivant de son père un soldat peut tester;
Mais lui seul : car nos lois voulurent excepter,
Des biens dont à son gré peut disposer le père,
Les autres biens, produit des travaux de la guerre.
Tu vois! ce Coranus qui vit sous nos drapeaux,
Son père, vieux, tremblant, le flatte sans repos...
Ah! c'est qu'une faveur puissante et légitime
Promet à Coranus la fortune et l'estime.
Certe, il importe au chef que les plus glorieux
Aient des marques d'honneur, et soient traités le mieux...

NOTES

DES

SATIRES DE PERSE.

PROLOGUE.

Ce prologue, où Perse fait la satire des mauvais poëtes de son temps, est écrit en vers jambiques scazons, c'est-à-dire boiteux. Le dernier vers pourtant est un ïambique régulier, majestueux et plein de nombre: chose bizarre, et qui embarrasse fort les éditeurs. Peut-être, par ce dernier vers, Perse a-t-il voulu passer plus harmonieusement aux vers hexamètres de la première satire, qui probablement n'était point séparée autrefois du prologue.

V. 2. Nec in bicipiti somniasse, etc. Ennius, suivant le vieux scoliaste, prétendait, dans ses Annales, que l'âme d'Ho. mère avait passé en lui; et sa preuve était qu'il l'avait rêvé sur le Parnasse.

V. 4. Pallidamque Pirenen. – Pirène, fontaine située près de Corinthe, et consacrée aux Muses. Il y a deux manières d'expliquer cette épithète pallidam : les uns regardent ce mot comme une allusion à l'étude, parce qu'elle fait pålir; les autres y trouvent l'origine de la nymphe Pirène, qui, à force de pleurer son fils Cenchrias, que Diane avait tué par mégarde, fut changée en fontaine. V. 6. llederæ sequaces.

Les couronnes de lierre ou de laurier sont les attributs de Bacchus et d'Apollon, l'un et l'autre protecteurs des poëtes.

V. 9. Corvos quis olim, etc. - Plusieurs commentateurs considèrent ce vers comme apocryphe. On doit dire qu'il ne se trouve pas dans les plus anciens manuscrits. En admettant ce vers comme de Perse, il faut y voir une allusion à l'anecdote du chevalier romain qui avait dressé des corbeaux à dire, l'un, 4ve, Cæsar, victor imperator ; et l'autre, Ave, Antoni, victor imperator, afin de pouvoir saluer le vainqueur, quelle que fût l'issue de la bataille d'Actium.

NOTES DES SATIRES DE PERSE.

489

SATIRE 1.

V. 1. O curas hominum ! etc. -- Casaubon remarque que cette satire commence comme l'Ecclésiaste: Vanitas vanitatum, et omnia vanitas.

V. 4. Næ mihi Polydamas, etc. Allusion satirique à Néron et à ses courtisans. Néron s'était ridiculement passionné pour la nation troyenne et pour la cour de Priam. Perse désigne ici l'empereur sous le nom de Polydamas, personnage de l'Iliade.

Même vers. Labeonem. Accius ou Attius Labéon, pitoyable traducteur d'Homère. On doit croire que Néron estimait fort cette traduction plate et ridicule.

V. 10. Nucibus facimus, etc. Chez les Romains, les noix servaient à différents jeux de l'enfance.

V. 17. Sede leges celsa, etc. - Ces lectures publiques jouaient un grand rôle dans la vie des Romains. Après la séance, l'auteur faisait copier son manuscrit par les libraires, qui vendaient ces copies au public.

V. 20. Ingentes trepidare Titos. Le prénom de Titus était un des plus honorables. Perse entend par Titos les grands de Rome.

V. 29. Dictata fuisse, etc. - Ce vers est dirigé contre Néron, qui avait ordonné, par un édit, que ses vers fussent dictés aux jeunes gens dans les écoles.

V. 34. Phyllidas, Hypsipylas, etc.-Phyllis, reine de Thrace, se croyant trahie par Démophon, fils de Thésée, se pendit de désespoir. - Hypsipyle, fille de Thoas, roi de Lemnos , fut abandonnée par Jason.

La deuxième et la sixième héroïde d'Ovide sont intitulées Phyllis, Hypsipyle.

V. 42 et 43. Cedro digna locutus. — Les anciens enfermaient dans le cèdre ou enduisaient d'huile de cèdre les ouvrages qu'ils voulaient conserver. Le cyprès avait la même propriété que le bois de cèdre. Horace a dit, Art poétique, vers 332 :

[ocr errors][merged small]

Speramus carmina fingi
Posse linenda cedro, et levi servanda cupressu.
Les mauvais ouvrages allaient, comme aujourd'hui, envelopper
le beurre et les harengs.

V. 51. Ebria veratro, etc. Ce Labéon, pour exalter sa verve, s'enivrait d'ellébore.

V. 58. O Jane, etc. On sait que Janus était représenté avec deux visages.

Les trois genres de moquerie exprimés dans ces vers étaient fort usités chez les Romains. On figurait le bec de cigogne avec l'index et le pouce rapprochés ; les oreilles d'âne, en plaçant le pouce contre l'oreille et en remuant la main.

V. 65. Scit tendere versum , etc. — Cette métaphore est empruntée des ouvriers qui ferment un æil pour tirer une ligne droite, qu'ils tracent avec de la pierre rouge.

V. 70. Nugari solitos græce. - Le grec était la base de l'éducation à Rome, comme chez nous le latin.

V. 72. Fumosa Palilia fæno. – Palès, déesse des pâturages. Pour célébrer sa fête, on allumait des feux de paille et de foin.

V. 76. Brisæi liber Acci. - Cet Accius, qu'il ne faut pas con. fondre avec Accius Labéon, est surnommé ici le bachique « Brisæus , » parce qu'il est l'auteur d'une tragédie intitulée les Bacchantes.

V. 77. Sunt quos Pacuvius, etc. Pacuvius, neveu d'Ennius. Il avait composé une tragédie d'Antiope , pour laquelle Cicéron ne professait pas le même dédain que Perse.

Quant à Martial, il a dit, en parlant de Pacuvius :

Accius et quidquid Pacuviusque vomunt.

V. 83. Nilne pudet, etc. -- Perse, qui vient d'attaquer les mayvais poëtes, dirige maintenant ses traits contre l'ineptie et la vanité des orateurs et des avocats.

V. 85. Pedio, etc. — Il importe peu de savoir au juste quel était ce Pédius. On lit dans Tacite, Annal., XIV, 18, que Pédius Blæsus fut accusé de concussion par les habitants de Cyrène, et chassé du sénat sous le règne de Néron. Perse a-t-il voulu désigner ce Pédius? Voilà ce qu'on aurait peine à décider.

V. 87. An, Romule, ceves? Cevere signifie proprement remuer la queue comme un chien qui flatte.

V. 89. Fracta te in trabe pictum. — Ce vers est une imitation de l'Art poétique d'Horace, vers 20 :

Quid hoc, si fractis enalat exspes
Navibus , ære dato qui pingitur?

Nous avons vu, dans plusieurs passages de Juvenal, que les naufragés allaient portant sur l'épaule le iableau de leur désastre, alin d'émouvoir la pitié du public.

« PreviousContinue »