Page images
PDF
EPUB

A LA MÊME LIBRAIRIE

une

60 c.

Boileau : Euvres poétiques, publiées avec

notice biographique et littéraire, et des notes par M. Geruzez. 1 vol. petit in-16, cartonné. 1 fr. 50

Les épîtres, publiées avec des notes par M. Geruzez. 1 vol. in-16, cartonné. Boileau-Despréaux (N.) : Euvres poétiques, avec

une introduction et des notes par F. Brunetière. 1 vol. in-4 illustré de 27 eaux-fortes d'après Mme Madeleine Lemaire et MM. Bida, Bonnat, G. Boulanger, Cabanel, Chapu, Chevignard, Delort, Fr. Flameng, Français, Galland, Gérôme, Hédouin, Heilbuth, J.-P. Laurens, Le Blant, Lhermitte, Maignan, L.-0. Merson, Vibert, broché.

125 fr. Lanson (Gustave) : Boileau (collection des grands écrivains français). 1 vol. in-16, broché.

2 fr .

24206. — Imprimerie A. LAHURE, rue de Fleurus, 9, à Paris.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

L’ART POÉTIQUE

CHANT PREMIER'

(1669-74. – 33-38).

C'est en vain qu'au Parnasse un téméraire auteur
Pense de l'art des vers atteindre la hauteur :

1. Voltaire a jugé l'Art poétique de Boileau avec la compétence d'un disciple et d'un maitre. Nous n'avons rien de mieux à faire que de reproduire ce qu'il en a dit : « L'Art poétique est admirable, parce qu'il dit toujours agréablement des choses vraies et utiles, parce qu'il donne toujours le précepte et l'exemple, parce qu'il est varié, parce que l'auteur, en ne manquant jamais à la pureté de la langue,

Sait d'une voix légère, Passer du grave au doux, du plaisant au sévère. Ce qui prouve son mérite chez tous les gens de goût, c'est qu'on sait ses vers par cæur ; et ce qui doit plaire aux philosophes, c'est qu'il a presque toujours raison.

Puisque nous avons parlé de la préférence qu'on peut donner quelquefois aux modernes sur les anciens, on oserait présumer ici que l'Art poetique de Boileau est supérieur à celui d'Horace. La més thode est certainement une beauté dans un poëme didactique; Horace n'en a point. Nous ne lui en faisons pas un reproche, puisque son poëme est une épitre familière aux l'isons, et non pas un ouvrage régulier comme les Géorgiques; mais c'est un mérite de plus dans Boileau, mérite dont les philosophes doivent lui tenir compte. » « L'Art poétique latin ne parait pas, à beaucoup près, si travaille

à que le français. Horace y parle presque toujours sur le ton libre et familier de ses autres épitres. C'est une extrême justesse dans l'esprit, c'est un goût fin, ce sont des vers heureux et pleins de sel, mais souvent sans liaison, quelquefois destitués d'harinonie; ce n'est pas l'élégance et la correction de Virgile. L'ouvrage est très-bon, celui de Boileau parait encore meilleur; et si vous en exceptez les tragédies de Racine, qui ont le mérité supérieur de traiter les passions et de surmonter toutes les difficultés du theatre, l'Art poétique de Despréaux est sans contredit le počme qui fait le plus d'honneur à la langue française. ? %. Le chant premier contient les préceptes généraux relatifs à la

1

S'il ne sent point du ciel l'influence secrète,
Si son astre en naissant ne l'a formé poëte,
Dans son génie étroit il est toujours captif;

5 Pour lui Phébús est sourd et Pégase est rétif".

O vous donc qui, brûlant d'une ardeur périlleuse, Courez du bel esprit la carrière épineuse”,

N'allez pas sur des vers sans fruit (vous consumer, Iv Ni prendre pour génie un amour de rimer :

10 Craignez d'un vain plaisirl les trompeuses amorces, Et consultez longtemps votre esprit et vos forces.

La nature, fertile en esprits excellents,
Saitlentre les auteurs partager les talents 5.
L'un peut tracer en vers une amoureuse flamme,

15 L'autreld'un trait plaisantsaiguiser l'épigramme. Malherbe d'un héros peut vanter les exploits6, Racan chanter Philis, les bergers et les bois 7. vocation poétique, à la composition, à l'élocution et à la critique. L'énumération et 'la description des genres littéraires auront place dans les deux chants qui suivent,

1. L'habitude de réciter les vers de ce début fait illusion sur ses imperfections. Ainsi, on ne remarque pas que dans les deux premiers vers la figure est vicieuse. Le Parnasse étant une montagne, on pense à sa cime, qu'il est difficile de gravir, et non à la hauteur de l'art des vers, qui est une figure intellectuelle, déplacée en regard d'une image physique comme celle du Parnasse, montagne de la Thessalie. Dans le dernier distique, on ne voit pas comment le poëte captif, c'est-à-dire enfermé, dans son génie étroit, pourrait en sortir pour éprouver si Pégase lui est rétif. Le langage figuré s'adresse à l'imagination, et puisqu'il l'éveille, doit la satisfaire.

2. La carrière du bel esprit est la carrière des lettres. Ce mot n'avait pas encore l'acception presque défavorable que lui a donnée l'abus qu'on en a fait en le prodiguant à des écrivains médiocres et maniérés. 3. Trompeuses amorces fait penser au mot si judicieux d'Horace :

Hæ nugæ seria ducent
In mala derisum semel exceptumque sinistre.
En effet, lorsqu'on a composé de méchants vers, on n'en est pas
quitte pour ne pas réussir, on devient ridicule.
4. Horace, Art poétique, vers 39 :

Et versate diu quid ferre recusent,
Quid valeant humeri.
5. Il en est de même parmi les animaux, suivant la Fontaine :

Tout animal n'a pas toute propriété.
6. Les odes héroiques de Malherbe ont rang parmi les meilleures
pièces lyriques de la langue.

7. Cei éloge convient mieux au génie de Racan que les vers de la satire ix, où Boileau en fait presque un rival d'Homère:

Sur un ton si hardi, sans être téméraire.
Racan pourrait chanter à défaut d'un Homère

« PreviousContinue »