Œuvres complètes de Mathurin Régnier: avec les commentaires revus et corrigés

Front Cover
P. Jannet, 1853 - 340 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 72 - Et ceux qui écrivent contre veulent avoir la gloire d'avoir bien écrit; et ceux qui le lisent veulent avoir la gloire de l'avoir lu; et moi qui écris ceci, ai peut-être cette envie; et peut-être que ceux qui le liront....
Page 99 - A rafiné les vers fantastiques d'humeur, Ainsi que les Gascons ont fait le point d'honneur ; Qu'eux tous seuls du bien dire ont trouvé la metode, Et que rien n'est parfaict s'il n'est fait à leur mode.
Page 100 - C'est proser de la rime, et rimer de la prose Que l'art lime et relime et polit de façon Qu'elle rend à l'oreille un agréable son ; Et voyant qu'un beau feu leur cervelle n'embrase.
Page 174 - Ma foi, les beaux habits servent bien à la mine; On a beau s'agencer et faire les doux yeux, Quand on est bien parée, on en est toujours mieux.
Page 104 - S'ils ont l'esprit si bon et l'intellect si haut, Le jugement si clair, qu'ils fassent un ouvrage Riche d'inventions, de sens et de langage, Que nous puissions draper comme ils font nos...
Page 13 - C'est par là qu'un auteur que presse l'indigence Peut des astres malins corriger l'influence, Et que le sort burlesque, en ce siècle de fer, D'un pédant, quand il veut, sait faire un duc et pair...
Page 183 - Ils sont matelineurs, prompts à prendre la chèvre, Et tournent leurs humeurs en bizarres façons ; Puis ils ne donnent rien si ce n'est des chansons. Mais, non, ma fille, non : qui veut vivre à son aise, II ne faut simplement un amy qui vous plaise, Mais qui puisse au plaisir joindre l'utilité. En amour, autrement, c'est imbecilité.
Page 83 - Mais vous les meritez : vos vertus non communes Vous font digne, Monsieur, de ces bonnes fortunes. » Glorieux de me voir si hautement loué, Je devins aussi fier qu'un chat amadoué ; Et sentant au palais mon discours se confondre, D'un ris de sainct Medard il me fallut respondre.

Bibliographic information