Page images
PDF
EPUB

sidiairement après le débiteur principal, c'est-à-dire après que le créancier a essayé en vain de se faire paver, par la discussion , excussio, de celui-ci. C'est ce qu'on appelle aujourd'hui beneficium excussionis.

Au reste, comme des personnes d'un caractère léger ou ignorant le droit ne savent pas apprécier convenablement le danger auquel elles s'exposent par Y intercessio, parce que ce danger n'existe souvent que dans un avenir éloigné, on a jugé à propos de n'admettre certaines personnes à s'obliger ainsi que sous de grandes restrictions.

Cela s'applique surtout aux femmes.

Il leur fut d'abord absolument défendu, sous Auguste, d'intercedere pour leurs maris. Elles pouvaient le faire pour d'autres; mais ensuite le senatusconsul* tum l'elleianum vint leur donner, sauf quelques cas d'exception, un moyen efficace pour échapper à la responsabilité de Yintercessio intervenue de leur part pour une personne quelconque : il leur suffisait d'opposer à l'action du créancier l'exception résultant de ce sénatusconsulte.

A toutes ces restrictions, Justinien en ajouta une nouvelle, en décidant que toutes les intercessiones des femmes seraient absolument nulles ipso jure et comme non avenues, si elles n'étaient faites par un acte public, signé de trois témoins, indépendamment de l'observation des formes ordinaires.

Pro eo, qui promittit, soient alii obligari, qui fidejussores appellantur , quos homines accipere soient, dum curant, ut diligentius sibi cautum sit. In omnibus autem obligationibus assumi possnnt, id est, sive re, sive verbis, sive litteris, sive consensu contractae fuerint. At ne illud quidem interest, utrum civilis, an naturalis sit obligatio, cui adjiciatur fidejussor. Pr. et § 1, I., ni, 20, De ficlejussoribiis. _ •

Jure nostro est potestates creditori, relicto reo, eligendi fidejussores; nisi inter contrahentes aliud placitum doceatur. AfToninus, c. 5, C, nu, 41, De Jidejussoribus et mandat,,ribus.

Si quis igitur crediderit, et fidejussorem aut mandatorem, aut sponsorem acceperit, is non primum adversus mandatorem, aut fidejussorem, aut sponsorem accedat, neque negligens debitons intercessoribus molestus sit, sed veniat primum ad eum, qui aurum accepit debitumque contraxit. Et siquidem inde receperit, ab aliis abstineat; quid enim ei in extraneis erit, a debitore completo. Si vero nonvaluerita debitore recipere aut in partem, aut in totum : secundum quod ab eo non potuerit recipere, secundum hoc ad fidejussorem, aut sponsorem , aut mandatorem veniat, et ab illo, quod reliquum est, sumat. Justinunus , Novella 4, cap- 1.

Et primo quidem, temporibus Divi Augusti, mox deinde Ctaudii, edictis eorum erat interdictum, ne foeminae pro viris suis intercederent. Postea factum est senatusconsultum, quo plenissime freminis omnibus subventum est. Ulpianus, fr. 2, pr. et § 1, D., xvi, 1, Ad senatusconsultum Velleianum.

Sed ita demum iis subvenit, si non caliide sint versatae,... Infirmitas enim fœminarum, non calliditas auxilium demit (demeruit?). Idem, fr. 2, § 3, D., eod.

Si, qiium ipse mutuam pecuniam acciperes, mater tua, contra amplissimi ordinis consultum, fidem suam interposuit, exceptione se tucri potest. Astomnbs, C. 3, C, iv, 29, Ad senat. Vellei.

Ne autem mulieres perperam sese pro aliis intercedant, san,cimus, non aliter eas in tali contractu posse pro aliis sese obligare, nisi instrumento publiee confecto et a tribus testibus subsignato, accipiant homines a muliere pro aliis confessionem. Tune enim tantummodo eas obligari et sic omnia tractari, qu» de intercessionibus fœminarum, vel veteribus legibus cauta, vel ab impçriali auctoritate introducta sunt. Sin autem extra eamdem observationem mulieres acceperint intercedentes, pro nihilohabeaturhujusmodi scriptura, vel sine scriptisobligatio, tamquam nec confecta, nec penitus scripta, ut nec senatus consulti auxilium imploretur, sed erit libera et absoluta, quasi penitus nulloin eadem causa subsecuto. Justinianus, c. 23, § 2,C, eod.

Et illud vero prœvidimus, pro subjectorum utilitate corrigere, ut, si qua mulier crediti instrumento consentiat proprio viro, aut scribat, et propriam substantiam, aut se ipsam obligaîam faciat, jubemus, nullatenus hujusmodi valere aut tenere , sive semel, sive multoties hujusmodi aliquid pro eadem re fiat. JosTiNiiNus, Nov. 134, c. 8.

S 133.

Obligations qui se contractent litteris.

Gai., Comm., lib. ru, § 128, ieq.

Inst., lib. m, tit. 21 , De litterarum obligatione.

Cod., lib. iv, tit. 30, De non numerota pecunia.

L'ancien droit romain connaissait une véritable

litterarum obligatio, c'était le contractus nominum.

Son origine se perdait dans la nuit des temps. 11 se rattachait à l'habitude qu'avaient les citoyens romains de tenir exactement des livres de raison, codices accepti et cxpensi, et consistait dans l'insertion formelle d'une dette ou créance dans ce registre domestique. Aussi presque toute espèce d'obligation pouvait être revêtue de la forme de cette litterarum obligatio et élevée ainsi au rang d'obligation contractuelle. Au resle, nous ne connaissons pas exactement la manière dont étaient disposés ces livres de raison, pas plus que le mode et la forme d'insertion de chaque dette active ou passive.

Peu à peu le contractas nominum primitif disparut avec la coutume de tenir régulièrement des codices accepti et expensi. Ce ne sont plus que des vestiges de cette institution que nous retrouvons plus tard dans les transcriptitia nomina. . ',"* ..

11 faut encore moins considérer comme de véritables litterarum obligationes, quoiqu'on les compare à celles-ci, les arcaria nomina, les c/ùrographâ et les syngraphœ; car ce n'étaient pàs des sources propres d'obligations contractuelles, quœ obligationem faciunt, mais seulement des moyens particuliers de prouver une obligation contractée autrement, obligationisfactœ testimonia 1.

Dans le nouveau droit romain, il ne reste plus aucune trace des transcriptitia nomina. Les arcaria nomina, les chirographa, les sjrngraphœ ne se rencontrent plus également dans leur forme originaire; mais ils ont donné lieu, à ce qu'il parait, particulièrement les arcaria nomina, au développement de la théorie de Yexceptio non numeratœ pecuniœ, théorie qui, dans les Institutes de Justinien, a été, ën l'honneur de l'ancien système des contrats, intercalée , d'une manière singulière et un peu forcée, sous la rubrique, devenue depuis longtemps sans objet, des litterarurn obligationes. Ainsi, celui qui," dans un billet, cautio, chirographum, reconnaît avoir reçu une somme en prêt, sans que cette somme lui ait été véritablement comptée, est protégé d'une manière particulière contre les suites de son imprudence. Pendant deux ans (même pendant cinq ans avant Justinien), s'il est, en vertu de ce billet, actionné en pavement du montant du prêt, il peut enlever au chirographum toute force probante, en opposant Yexceptio non numeratœ pecuniœ. Avant l'expiration de ce délai, il peut aussi agir lui-même contre le porteur du chirographum et redemander ce billet, ce qui lui procure sa sécurité pour l'avenir. Mais s'il a laissé le billet pendant deux ans entre les mains de son adversaire, sans élever aucune réclamation, l'écrit prouve désormais d'une manière absolue et irréfragable contre lui, et il est aujourd'hui

1 Cette observation n'est vraie que pour les arcarin nomina; elle ne l'est pas pour les chirographa et les syngraphœ, que Gaius nous représente comme de véritables obligations littérales à l'usage desperegrini.

f Xote dit traducteur. )

tenu de payer la somme indiquée comme prêtée,

par cela seul quil a souscrit le billet.

Olim scriptura fiebat obligatio , quae nominibus fieri dicebat\\r, qu* nomina hodie non sunt in usu. Princ, I., m, 21 , De litterarum obligationibus.

Moris autem fuit, unumquemque domesticam rationem sibi tonus vit* su* per dies singulos scribere, ex qua appareret, quid quisque de reditibus suis, quid de arte, fœnore, lucrove seposuisset quoque die et quid idem sumtus damnive fecisset. Sed postquam, obsignandis litteris reorum , ex suis quisque tabulis damnari coepit, ad nostram memoriam tota h*c vetus consuetudo cessavit. Ascxmius, in Cicer. Orat. in Verr., act. u, lib. 1, cap. 23.

Litteris obligatio fit, veluti in nominibus transscriptitiis. Fit autem nomen transscriptitium duplici modo : vel a re in personam, vel a persona in personam. A re in personam transscriptio fit, veluti si id, quod ex emtionis causa, aut conductionis, aut societatis mihi debeas, id expensum tibi tulero. A persona in personam transscriptio fit, veluti si id, quod mihi Titius debet, tibi id expensum tulero, id est, si Titius te delegaverit mihi.

Alia causa est eorum nominum, qu* arcaria vocantur; in his enim rerum, non litterarum obligatio consistit; quippe non aliter valent, quam si numerata sit pecunia; numeratio autem pecuniœ jure naturali facit obligationem. Qua de causa recte dicemus, arcaria nomina nullam facere obligationem, sed obligationis fact* testimonium pr*bere.

Praeterea litterarum obligatio fieri videtur chirographis et syngraphis, id est, si quis debere se, aut datiirum se scribat; ita scilicet, si eo nomine stipulatio non fiat ; quod genus obligationum proprium peregrinorum est. Gai., Comm., m, § 128-134. , Plane, si quis debere se scripserit, quod ei numeratum non est, de pecunia minime numerata post multum temporis exceptionem opponere non potcst; hoc enim saepissime constitutum est. Sic fit, ut et hodie, dum queri non potest, scriptura obligetur i et ex ea nascitur condictio, cessante scilicet verborum obligatione. Multum autem tempus in hac exceptione antea quidem ex principalibus constitutionibus usque ad quinquennium procedebat; sed, ne creditores diutius possint suis pecuniis fortitan dcfraudari , per constitutionem nostram tempus coarctatum est. ut ultra biennii metas hujus modi exceptio minime exfêhdatur. Tit. Inst., De UtterarurA obligatione.

« PreviousContinue »