Coblenz et Quiberon: Souvenirs du comte de Contades, pair de France

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 261 - And you are to observe and follow such orders and directions from time to time as you shall receive from this or a future Congress...
Page 191 - ... nous parler. M. le marquis de Contades et moi, nous portâmes en avant. Lorsque nous fûmes assez près pour nous entendre, nous convînmes de faire retirer l'escorte et de ne garder qu'un officier. Je restai avec M. le marquis de Contades. Le général Humbert, qui nous demanda nos noms et qui se nomma, resta avec un capitaine de dragons appelé Lebreton.
Page 261 - Directions from time to time, as you shall receive from us or any other your superior Officer, according to the Rules and Discipline of War ; in pursuance of the Trust hereby reposed in You.
Page 46 - Contades, voulaient condamner à mort, en rentrant en France, tout ce qui y était resté... Je combattais, autant qu'il m'était possible, cette opinion extravagante qui nous a fait tant de mal. Je disais continuellement :
Page 18 - Balbi, nous dit-il, a trop marqué à Coblentz, pour que je ne parle pas d'elle et ce sera, je le jure, avec la plus grande franchise. Jamais femme peut-être n'a été plus généralement détestée, sans que j'aie pu découvrir un fait justifiant cette haine universelle. Je n'allais ni dans un lieu public ni dans une société particulière, que je n'entendisse dire du mal d'elle, lui adresser même les reproches les plus graves et je n'ai jamais vu en prouver un seul. Je la défendais toujours,...
Page 193 - S'il ne fallait qu'écrire à Tallien pour rétablir la justice et « la paix en France, nous écririons à Tallien. Le Roi, Monsieur, nos « Princes, l'ordre entier de la noblesse, n'apportent dans cette grande « querelle aucune passion de haine et de vengeance.
Page 26 - ... et mentir à plaisir. Là, tous les secrets étaient divulgués ; là, il assurait que les deux tiers de la France étaient pour les princes et qu'il avait des intelligences partout ; là, on entrait sans consulter ni le roi ni Monsieur, en vrais chevaliers français l'on envoyait un trompette sommer les villes de se rendre, les portes .s'ouvraient et les murailles tombaient. On arrivait à Paris au milieu des acclamations et des nommages...
Page 15 - ... le Roi ; et qu'immédiatement après, l'armée se mettrait en marche. Des transports, des acclamations de joie lui répondirent. Oubliant les lois du respect et de l'étiquette, on se précipita au cou des Princes, qui se prêtèrent avec indulgence à ces démonstrations; ils furent embrassés par tous ces gentilshommes.
Page 190 - M. le marquis de Contades et moi, escortés d'un petit détachement, sortîmes des forts pour aller faire un tour sur la falaise. Nous vîmes de loin un officier général républicain qui en faisait autant avec une troupe pareille. Peu à peu, nous nous approchâmes. Lorsque nous fûmes à peu près à la...
Page 27 - Paris au milieu des acclamations et des nommages... et l'on courait à Versailles. L'on rétablissait Mme de Polignac dans son salon, tous les freluquets aux pieds de ces dames, et M. de Calonne à la tête des affaires. Il refusait d'abord modestement, puis finissait par accepter. L'on ne songeait plus alors à notre émigration, nos malheurs étaient oubliés, et tout se terminait, dans ce rêve, par une fête au Petit Trianon.

Bibliographic information