Page images
PDF
EPUB

D’HORACE

ÉDITION CLASSIQUE

Texte publié d'après les travaux les plus récents

AVEC UNE

NOTICE BIOGRAPHIQUE ET LITTÉRAIRE

DES REMARQUES SUR LA LANGUE ET LA MÉTRIQUE
UNE ÉTUDE SUR LES MÈTRES LYRIQUES D'HORACE, DES ARGUMENTS

DES NOTES, DES CARTES, DES PLANS, DES FIGURES ET UN INDEX

PAR

A. WALTZ

Professeur à la Faculté des lettres de Bordeaux.

QUATRIÈME ÉDITION
SOIGNEUSEMENT REVUE ET ÇÁRIGÉE

PARIS
GARNIER FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS

6, RUE DES SAINTS-PÈRES, 6

1895

[ocr errors]

PRÉFACE

Après les innombrables travaux de critique, de philologie et•d'exégèse dont le texte des cuvres d'Horace a été l'objet depuis cinquante ans, nous avons jugé utile d'offrir aux élèves de nos lycées et collèges, ainsi qu'aux étudiants de nos facultés, une édition au courant. Nous n'avons pas la prétention de faire ici l'édition savante, qui manque encore en France, mais simplement un ouvrage de classe, où les élèves et les maîtres puissent trouver un texte aussi sûr que possible, avec toutes les ressources nécessaires pour une explication précise et rigoureuse.

Notre tâche n'a pas été cependant des plus aisées, qu'on nous permette de le dire. En ce qui concerne le texte, nous n'avons pas laissé passer un vers sans examiner avec soin les différentes leçons des manuscrits et des éditions. Les éditions critiques de Keller et Holder et les Epilégomènes qui les complètent nous ont principalement été utiles dans cette partie de notre travail, et c'est du texte de leur editio minor (1878) que nous nous rapprochons le plus. Nous avons renoncé à donner à part, comme

nous en avions d'abord l'intention, des notes critiques et des variantes,

260619

avec l'indication des sources. Nous avons pensé qu'il suffisait de faire connaître, dans les notes placées au bas des pages, les leçons les plus importantes, et de donner quelquefois les raisons de notre choix. Si nous avons en général évité de noter à quels manuscrits sont dues telles ou telles leçons, c'est qu'à notre avis ces indications ne pourraient être d'aucune utilité pour la majorité des lecteurs auxquels ce livre est destiné, et qu'elles seraient insuffisantes pour ceux qui entreprendraient des études spéciales sur le texte d'Horace. Nous croyons cependant n'avoir rien omis de ce qui pouvait éveiller et quelquefois satisfaire une salutaire curiosité. Les étudiants des facultés trouveront ici tous les renseignements indispensables pour l'explication, telle qu'elle est exigée des candidats à la licence; et les candidats à l'agrégation pourront s'en contenter pour la préparation générale : il leur suffira de recourir, pour les études plus particulières, aux travaux d'érudition dont nous leur indiquons les plus considérables.

Quant aux notes explicatives, nous avons cherché à y résoudre toutes les difficultés, ou du moins à fournir les éléments nécessaires pour les résoudre. Aucun auteur classique ne présente, autant qu'Horace, de particularités de langue, de grammaire et de métrique, d'allusions aux incidents de sa propre vie et aux événements politiques. Or une ode, une satire, une épître ne seraient pas interprétées suffisamment par une traduction littérale, qui ne ferait pas saisir la vraie pensée du poète, la suite de ses idées, l'exacte portée de ses paroles, l'art souvent raffiné de son style. Nous avons cru devoir par conséquent donner un certain développement à notre commentaire explicatif; et il

nous a semblé utile de ne pas négliger entièrement la question des athétèses, étroitement liée à l'interprétation elle-même.

Mais, pour éviter de trop grossir le volume et d'en surcharger les pages par des dissertations, nous avons placé en tête, outre une biographie d'Horace et une notice littéraire sur ses ouvrages, un tableau des particularités les plus remarquables de sa grammaire et de sa versification, auquel, pour plus de brièveté, nous nous contentons souvent, dans les notes particulières, de renvoyer le lecteur.

Nous avons cru, pour la même raison, devoir faire précéder tous les poèmes de notices historiques et d'analyses. L'utilité des premières n'est pas contestable. Quant aux secondes, nous pensons qu'elles sont presque toujours un auxiliaire indispensable pour faire tenir aux élèves le fil, parfois si délicat, qui relie chez notre poète les développements successifs. Un argument de quelques lignes supplée plus d'une fois à de longues discussions, et met commodément sur la voie d'une saine appréciation.

Outre les notes de grammaire et de philologie, nous n'avons pas ménagé les rapprochements et les citations, persuadé qu'aucun exercice ne saurait être plus efficace, pour faire comprendre la véritable pensée d'un poète et les procédés de son style, pour développer, par conséquent, le sens littéraire des jeunes gens, que de multiplier ces sortes de comparaisons d'un auteur avec lui-même ou avec d'autres écrivains. Nous n'avons même pas craint de jeter, parmi ces observations, quelques notes à l'ancienne mode, pour signaler au goût des jeunes lecteurs les beautés de fond ou de forme qui auraient pu leur échapper.

« PreviousContinue »