Page images
PDF
EPUB

III

Imprecation comique contre l'ail, à propos d'un plat rustique que Mécène, parait-il, avait fait manger au poète.

5

Parentis olim si quis impia manu

Senile guttur fregerit,
Edit cicutis allium nocentius.

0 dura messorum 3 ilia!
Quid hoc veneni sævit in præcordiis ?

Num viperinus his cruor
Incoctus herbis me fefellit 4 ? an malas

Canidia s tractavit dapes?
Ut 6 Argonautas præter omnes candidum

Medea ? mirata est ducem,
Ignota tauris illigaturum juga

Perunxit hoc Jasonem;
Hoc delibutis ulta donis pælicem ,

Serpente fugit alite.
Nec tantus umquam siderum insedit vapor 9

Siticulosa Apuliæ,
Nec munus umeris efficacis 10 Herculis

Inarsit æstuosius.

10

15

10 :

1. Parentis fregerit. Voy. Od., II, | qu'il dut vaincre pour conquérir la X (XIII), 5.

toison d'or. 2. Edit. Voy. Rem. 2.

8. Pælicem. Ce mot désigne Créuse, 3. Messorum. Le moretum était le la fille de Créon, roi de Corinthe, à plat favori des moissonneurs. Voy. qui Médée, abandonnée pour elle Virg., Egl., II,

par Jason, donna en présent de lan

çailles une robe empoisonnée ; cette Thestylis et rapido fessis messoribus æstu Allia serpyllumque herbas contundit olentes.

vengeance accomplie, elle lua ses en

fanis et s'enfuit sur un attelage de 4. Pefellit. V. Od., III, XI (xv1), 32. dragons ailes. Ce drame est le sujel

5. Canidia, sorcière fameuse. Sui- de la Médée d'Euripide. Remarvant lex schol., c'était une parfu- quez que l'idée ,principale est expriineuse de Naples, dont le vrai nom mée par le partiripe ulta. était Gratidia. Voy. Epo. v et xil 9. Siderum vapor, la chaleur qu'en(xvii).

voient les astres, comme Od., III, 1, 6. Ut, lorsque.

32 : Torrentia agros sidera. 7. Medea. On sait que Médée donna 10. Munus, la rube leinte du sang du à Jason le nioyen de se garantir des centaure Nessus, que Dėjanire euvoya dammes lancées par les laureaux l à Hercule, dans l'espoir de recou

IV

Diatribe personnelle et violente contre un ancien esclave, devenu tribun militaire : sa fortune ne le défend pas contre le mépris public, que méritent ses vices et son orgueil. D'après le vers 19, cette pièce fut composée avant la fin de la guerre contre Sextus Pompée (36 avant Jésus-Christ).

D'après les titres des manuscrits, le personnage ainsi malmené serait un affranchi de Pompée, transfuge dont Auguste aurait fait un tribun. Quelques-uns l'appellent Mena, mais ce ne peut être évidemment Sextus Mena, le chef de la flotte qui trahit S. Pompée. Il est aussi appelé Vedius Rufus; mais on ne peut affirmer qu'il s'agit de Vedius Pollion, qui, suivant Dion, du rang d'esclave s'éleva à celui de chevalier (LIV, 23), et dont la férocité nous est contée par Tacite, Ann., I, 10, par Sénèque, de Clem., I, xvill, de Ira, III, 40, et par Pline, Hist. nat., IX, 53.

Lupis 1 et agnis quanta sortito obtigit,

Tecum mihi discordia est,
Hibericis ? peruste funibus latus

Et crura 3 dura compede.
Licet superbus ambules pecunia,

5
Fortuna non mutat genus.
Videsne, Sacram metiente te Viam.

Cum bis trium 5 ulnarum toga 6,
Ut ora vertat huc et huc7 euntium
Liberrima indignatio 8?

10

2

[ocr errors]

vrer son amour par l'effet de ce phil- 3. Latus et crura. Voy. Rem. 26. tre. Voy. les Trachiniennes de so- 4. Sacram Viam. C'était le rendezphocle. — Efficacis, comme impiger, vous des élégants. Voy. le Plan de Od., IV VI (VIII), 30.

Rome. 1. Lupis, comparaison qu'on trouve 5. Trium est une conjecture. Les chez Homère (II., XXII, 263): 6s... man. ont tous ter. ουδέ λύκοι τε και άρνές ομόφρονα

6. Toga. L'ampleur de la robe dis

tinguait ces sortes de gens. Velis θυμόν έχουσιν. Sortito, employé | amicti, non togis, dit spirituellement ainsi adverbialement par Plaute, | Cicéron dans la 2e Catilinaire, ch. X. Cicéron et d'autres.

7. Vertat, avertat. – Huc et huc, 2. Hibericis. Les cordes avec les

en prose hic et illuc. quelles on frappait les esclaves étaient ordinairement en spartum, sorte de

8. Indignatio. L'indignation s'ex

hale dans les propos que reprodui. jonc d'Espagne. Peruste, brûlé,

sent les vers suivants. Remarques meurtri par les coups et le poids des chaines.

le passage de la deuxième à la troisièine personne : Arat, terit, etc.

[ocr errors]

15

« Sectus flagellis hic triumviralibus :

Præconis ad fastidium
Arat Falerni mille fundi jugera,

Et Appiam mannis terit?,
Sedilibusque magnus in primis : eques

Othone contempto sedet.
Quid attinet tot ora · navium gravi

Rostrata duci pondere
Contra latrones 6 atque servilem manum,

Hoc, hoc tribuno militum ? »

5

20

V

Le poète décrit les opérations magiques de Canidie, qui prépare un philtre destiné à la faire aimer du vieux Varus. Canidie, dont il a été question déjà (Epo. III, 8), a ici pour auxiliaires trois sorcières de son espèce, Sagana, Veia et Folia. Horace présente ici sous une forme dramatique le sujet qu'il a traité plaisamment Sat., I, viii. Cette épode comprend quatre parties : 1° Frayeur de l'enfant que les sorcières ont ravi pour se servir de son sang dans leurs maléfices (1-10). 2° Préparatifs nécessaires pour la confection du breuvage magique(11-46). 3o Canidie prononce les paroles sacramentelles. Comme ses enchantements restent sans effet, elle menace d’employer les moyens extrêmes auxquels Varus ne pourra résister (47-82). 4° Malédictions et désespoir de l'enfant (83-102).

Un

1. Triumviralibus. Les triumviri | J.-C.), les quatorze premiers siègas capitales jugeaient les délits et les du théâtre après l'orchestre étaient crimes des esclaves et des étrangers; réservés aux chevaliers : il fallait ils présidaient à leurs supplices : la pour s'y asseoir posséder le cens de sentence était proclamée par

400 000 sesterces. Voy. Epl., 1, I, crieur public.

58. Le parvenu d'Horace peut bra2. Appiam. La voie Appienne, ver la loi d'Othon, puisque sa fortune qui aboutissait à la porte Capène dépasse ce chiffre. (voy. le Plan de Rome), était le ren- 4. Ora, la proue, comme en grec dez-vous de tous les élégants de tóp.c. Tacite emploie frontem dans Rume qui, le soir, à l'heure de la le même sens (Germ., 44). promenade, venaient s'y montrer en 3. Gravi rostrata pondere, c'estfitière, à cheval ou en char (Dezobry). | à-dire rostris magni ponderis or

Mannis. V.Od., III, xxi (xxvii), 7. nata. - Terit, hyperbole satirique.

6. Latrones désigne, avec servilem 3. Sedilibus primis. D'après la loi manum, les équipages de Sextus du tribun L. Roscius Othon (67 av. | Pompée.

Comparer à ce petit poème la seconde partie de la huitième églogue (63-109), où Virgile a imité la Magicienne de Théocrite (Id., V).

« At o deorum quidquid 1 in cælo regit

Terras et humanum genus,
Quid iste fert tumultus, et quid ? omnium

Vultus in unum me truces?
Per liberos te, si vocata partubus

5
Lucina veris 3 affuit,
Per hoc inane purpuræ * decus precor,

Per improbaturum hæc Jovem,
Quid ut noverca me intueris aut uti
Petita ferro belua? »

10 Ut hæc trementi questus ore constitit

Insignibus & raptis puer,
Impube corpus, quale posset impia

Mollire Thracum pectora;
Canidia, brevibus & implicata viperis

15
Crines et incomptum caput,
Jubet sepulcris caprificos erutas,

Jubet cupressus funebres
Et uncta turpis 8 ova ranæ sanguine
Plumamque nocturnæ strigis

20 Herbasque, quas Iolchos atque Hiberia

1. At. Eh bien! Exclamation de facimus ac venerabilem. Purpuræ, douleur et de terreur. Deorum c'est la bande de pourpre qui bordait quidquid. T. L. dit aussi : Jurantes la toge prétexte. per quidquid deorum est (XXIII, 9). 5. Insignibus. Ce mot désigne la Voy. Sat., I, vi, 1.

robe prétexte et la bulla, sorte d'amu2. Fert, c'est-à-dire quid affert, lette d'or, en forme de coir, que les quid sibi vult. Et quid (fert). enfants de bonnes families portaient

3. Lucina. Voy. C. S., 13. - Veris, suspendue au cou. si tu as été vraiment mère, si tu n'as 6. Brevibus (parvis). Ovide dit de pas volé les enfants dont tu as pu te même (A. A., 11, 376) : dire la mère.

Nec brevis ignaro vipera læsa pede. 4. Inane, qui ne m'a servi de rien. Canidie n'a pas respecté la toge de 7. Crines. Voy. Rem. 26. l'enfant, considérée comme sacrée ; 8. Turpis ranæ dépend de sanguine. ainsi on lit dans une des Declama- 9. Iolchos. La magie des Thessalientiones qui portent le nom de Quinti- nes était proverbiale.Voy. Od., I, XX!! lien : Er

vobis allego etiam ip- 1),21. – Biberia. Les Hiberi,dans sum sacrum prætextarum, quo sa- le Pont, prétendaient descendre des cerdotes velantur, quo magistratus, | Thessaliens, compagnons de Jason quo infirmitatem pueritiæ sacram (Tac., Ann., VI, 36).

25

2

30

Mittit venenorum ferax,
Et ossa ab ore rapta jejunæ canis

Flammis aduri Colchicis 1.
At expedita Sagana, per totam domum

Spargens Avernales : aquas,
Horret capillis ut marinus asperis 3

Echinus aut currens. aper.
Abacta nulla Veia conscientia

Ligonibus duris humum
Exhauriebat, ingemens laboribus,

Quo 5 posset infossus puer
Longo 6 die bis terque mutatæ dapis
Inemori spectaculo,

7
Cum promineret ore, quantum exstant aqua

Suspensa mento corpora :
Exsucta 8 uti medulla et aridum jecur

Amoris esset poculum,
Interminato . cum semel fixæ cibo

Intabuissent pupulæ.
Non defuisse masculæ libidinis 10

Ariminensem 11 Foliam,
Et otiosa 12 credidit Neapolis

Et omne vicinum oppidum 13,

6

33

40

1. Colchicis, magiques, par allusion | plusieurs fois par jour des aliments à à Médée. Voy. Od., II, X (XII), 8. ses regards.

2. Avernales est expliqué par le 7. Inemori. Voy. Rem. 13. vers où Virgile dit en parlant de Didon: 8. Exsucta. La plupart des man, ont

execta ou ersecta. Sparserat et latices simulatos fontis Averni.

9. Interminato, au passif. La forme Le lac Averne était situé près de Cu- intermino se rencontre chez Plaute. mes.

10. Masculæ libidinis : ad flagitium 3. Asperis se rapporte à capillis. audaciorem ipsis viris (P. Jouvency). Voy. Rem. 53. 4. Currens, poursuivi par les chas

11. Ariminensem, d’Ariminum, en

Ombrie (auj. Rimini). seurs. Voy. Ovide, Halieut., 59 :

12. Otiosa. Voy. Ov., Mét., XV, 711 : Actus aper setis iram denuntiat birtis. in otia natam Parthenopen. Malgré Les corrections proposées (Laurens,

ce passage, le verz 58 et le vers 100 certans) sont inutiles.

montrent que la scène se passe à 5. Quo, ut eo (humo).

Rome. 6. Longo, le jour long pour l'enfant

13. Omne oppidum, les villes voisines enfoui jusqu'au cou dans une fosse, et

de Naples : Pouzzoles, Capoue,Cumes, dont on excite la faim en présentant

Sorrente, Baïes.

« PreviousContinue »