Page images
PDF
EPUB

"(barring the objection to the indecency of supposing it neces"sary), why not the other. Secondly, Lord Coke does not leave "the decision to be governed 'by the crooked cord of the dis"cretion of the judges;' but it is to be 'measured by the golden "met wand of the law;' he says, it shall be controlled by the com"mon law. To pronounce such a decision, is, on the part of the "judges, nothing more than to say, Vast as is the power of an "Act of Parliament, there are some things which it cannot do. "It can do no wrong; it cannot abrogate those living laws "imprinted in our hearts from the commencement of our "being. In the conceivable and barely possible case, of a statute "directing the commission of an offence against the law of "nature, can there be a doubt that, in such instance, no human "laws would be in any degree binding? or, what amounts to the "same thing, that there exists a precedent and paramount obli"gation to disobey them? A statute cannot make it lawful for "A to commit adultery with the wife of B, for the law of God, "forbids it. Neither, it has been asserted, are positive laws, "even in matters seemingly indifferent* any further binding than "as they are agreeable to the laws of God and nature.

"Reasoning con.—On the other hand, it is said, that though "the principle asserted above is undeniably true, yet the appli"cation of it and the conclusion, are most dangerous.f It is "certain that no human authority can rightfully infringe or "abrogate the smallest particle of natural or divine law:% but we "must distinguish, it is observed, between right and power, be"tween moral fitness and political authority. It must not be "ascertained as a question of ethics; but of the bounds and "limits of legislative power.

• Fonbl. chap. 1, s. 3.

t 1 Woodison's Lcct.—do. Elements of Jurisprudence, 36 and 43. Bl. Com. vol. 1, ante.

% Among the seven maxims or virtues essential to the written law of Spain, one is, 'that its precepts ought to be respecting things pood, reasonable, just, and not opposed to the late of God,'' to attain its only object, justice, which is rooted virtue raigada tirtud—LI. 1 and 4 Tit.

1, Partid 1, L. 1, Tit. 1, p. 3. So, the unwritten law, (hjo eostumbre y fuero) receiving its authority from the express or tacit consent of the

supreme power, that consent cannot be supposed or presumed when the custom is opposed to the law of God, to good reason, to the law of the kingdom, and to natural law. L. 5, Tit. 2, Partid, 1. L. 3, Tit. 1. Lib.

2. Kecop.

"Absolute power must reside somewhere; and to it, implicit "obedience must be paid. It can nowhere be so safely placed, "as in the hands of those who frame the laws according to set"tied forms and after mature deliberation; though the laws they "establish may, sometimes be pernicious, opposed to morality, "and, as we can collect it to the Divine will. As measured by "the law of God, which must be the ultimate test, human laws "may be unjust, but they will still be obligatory.

"All that can be done, it seems, is, to follow the philosophical "advice of Locke, who says that if the magistrate shall enjoin "any thing unlawful to the conscience of a private person, such "private person is to abstain from the action he judges unlawful, "and he is to undergo the punishment; which is not unlawful "for him to bear. The same acquiescence in the laws is enjoined "in the admirable dialogue of Plato, entitled Crito.

"The English lawyers adopt a more cautious and a very cha"racteristic mode of proceeding. They do not inculcate implicit "obedience to a law which leads to absurd consequences, or to an "infraction of the natural or Divine law, neither do they pro"claim the law itself, (which may be immoral, but cannot be "illegal), of no validity, and null and void. They only hold it "inapplicable, and declare that the particular case is 'excepted "out of the statute.' A practical mode of dealing with cases •' where statutes collaterally give rise to absurd consequences, on "the ground of such consequences being unforeseen, which can"not be denied to be reasonable.

"The general and received doctrine certainly is, that an Act "of Parliament of which the terms are explicit and the meaning "plain, cannot be questioned, or its authority controlled, in any "court of justice. Yet Sir Edward Coke, manfully, if not con"vincingly, defended his opinion before the Council, and said: "' If an Act of Parliament were to give to the lord of a manor "' conusance of all pleas arising within his manor, yet he shall "'hold no plea whereunto himself is a party: for iniquum est "' aliquem suae rei esse judicem.' Now, Sir E. Coke had in his "Second Institute, put the same case, enlarged upon and illus"trated it; and successfully contended that the case must be "correctly interpreted to be exempted out of the provisions of "'the statute; that a contrary construction could not be within "the meaning of the act. The law, therefore, was to be properly "construed not to apply to such cases; but the law itself was not "to be held void. See post, 'Cases excepted out of statutes' "'Fit autem non tollendo legis obligationem, sed dedarando "' legem in certo cam non applicare.*"

Bien qu'il y ait quelques différences dans les termes de ces opinions, elles aboutissent presque toutes à cette conclusion que les actes du Parlement, évidemment contraires à la loi divine ou naturelle, doivent être ignorés par les tribunaux; suivent les unes parceque l'acte de la Législature est nul,f et suivant les autres parcequ'il y a alors lieu d'appliquer la maxime: Fit autem non tollendo legis obligationem, sed dedarando legem in certo casu non applicare.

Revenant aux traités, est-il nécessaire d'ajouter qu'ils reposent sur le droit naturel, sur ce droit qui permet aux nations comme aux individus de s'engager? La raison et le bon sens ne nous disenUls pas qu'il n'est jamais permis de violer la foi promise, cette foi que les peuples même barbares ont toujours considérée comme sacrée?

Quoi qu'il en soit, c'est un principe incontestable que le pouvoir qui a fait des lois peut seul les abolir. Or les traités sont des lois pour les nations contractantes et leurs sujets. Ils ne peuvent donc être valablement révoqués ou modifiés que par les parties qui les ont établis. Ils ont donc une autorité supérieure à l'action particulière de l'une de ces parties.

Nous disons que les traités sont des lois pour les parties contractantes, parcequ' ils ont pour elles toute la force du droit international et que le droit international fait partie des lois d'un Etat.

"Les nations," dit Eschbach,î sont indépendantes l'une de l'autre, et il est vrai qu'il n'y a au dessus d'elles ni un tribunal suprême pour juger leurs différends, ni une maréchaussée pour contraindre à l'exécution des jugements. Partant pour ceux qui nient l'existence du droit là où ils ne rencontrent pas un pouvoir constitué capable d'en assurer l'observation par la force, le Droit international n'est qu'une chimère, un mot vide de sens. Mais pour quiconque sait distinguer le Droit d'avec la garantie du Droit, le Droit international existe, bien qu'il n'y ait pas de tribunaux internationaux.§

* Grotius.

t C'est aussi l'avis de Brown, Legal Maxims (p. 14, éd. 1864.)

% Etude du Droit, p. 54.

§ Voir aussi Dana sur Wheaton, § 17.

Ainsi, quoique le droit international soit un droit imparfait vis-à-vis des nations, en ce sens qu'il n'est pas exécutoire entr'elles, il existe et doit par conséquent recevoir son exécution chaque fois que cette exécution est possible; et elle l'est presque toujours entre particuliers.

Le monde ne possédant aucun tribunal international, il suit naturellement qu' aucune nation ne peut faire exécuter le droit international; et lorsque la foi promise est violée, il ne lui reste pas d'autres recours accessibles que ceux de la diplomatie ou la guerre. Mais la situation n'est pas la même entre les individus lorsqu'il s'agit de donner suite à leurs demandes privées. Ici, il existe un tribunal et le droit international public se trouve entouré de toute la garantie du droit international privé et des autres lois de l'Etat; alors en un mot l'exécution du droit international est non seulement possible; elle est même un devoir pour toute cour de justice de l'Etat.

Aussi Lord Talbot disait dans une cause de Buvot v. Barbut: "That the law of nations, in its full extent, was part of the law "of England. That the act of Parliament was declaratory, and "occasioned by a particular incident. That the law of nations "was to be collected from the practice of different nations and "the authority of writers."*

Lord Mansfield observait à propos de cette déoision: "I was "counsel in this case, and have a full note of it. I remember, "too, Lord Hardwicko's declaring his opinion to the same effect, "and denying that Lord Chief Justice Holt ever had any doubt "as to the law of nations being part of the law of England. Mr. "Blackstone's f principles are right."

N'est-ce pas ce droit des nations que nos cours de justice maintenaient à Montréal dans le célèbre procès des maraudeurs de St. Albans? Le droit international fait donc partie des lois du pays.

C'est un principe trop élémentaire, pour pouvoir être mis en doute, que les traités, une fois dûment ratifiés, font partie du

• 3 Burrow's Rep. 1481.

t 3 Burrow's B. 1481.—L'immortel commentateur, avocat dans la cause, soutenait que le droit international faisait partie des lois de l'Empire; et dans l'espèce Lord Mansfield déclara que le statut impérial, qui frappait les négociants de certaines pénalités et incapacités, ne s'appliquait pas au serviteur d'un ambassadeur, bien qu'il fut sujet anglais et qu'il eût fait commerce dans le Royaume Uni avant d'être attaché à l'embassade.

droit international. "Où est donc," se demande Eschbach, "la "source des règles et des principes du droit international? . . "Elle est dans le droit naturel, dans les coutumes et convention» internationales et dans les théories des publicistes. ... Il y a donc un droit international conventionel; c'est celui qui repose sur les traités, et un droit international coutumier; c'est celui qui est fondé sur les usages."*

Le droit international conventionnel, il est vrai, n'a pas un empire aussi vaste que le droit international coutumier. Le premier est pour ainsi dire limité; il ne lie que les pouvoirs contractants; mais il fait toujours partie du droit international, car il fixe les relations de nation à nation. Pour mieux dire, les traités sont par rapport au droit international ce que sont les conventions des particuliers par rapport au droit civil, avec cette notable distinction que les traités dument ratifiés ne peuvent être répudiés sous prétexte d'être contraires à la morale et à l'ordre public. Le droit international coutumier au contraire est universel et il oblige toutes les nations de la terre.

Enfin, chaque habitant d'un pays est censé être présent aux actes des autorités gouvernementales. Cela est si vrai, surtout en matière de traités, que les sujets sont personnellement responsables devant les tribunaux de l'Etat des dommages qu'ils causent en les violant, même lorsqu'ils agissent de bonne foi et dans l'ignorance de l'existence du traité.f Les traités ont donc pour le sujet la force des lois de l'Etat; et c'est aussi ce qu'enseignent plusieurs publicistes d'une haute autorité.

Halleck %: "The treaty is a law to the subjects of the con"tracting parties."

Felice §: "Si des traités faits dans ces circonstances sont obli"gatoires entre les Etats ou les souverains qui les ont faits; ils "le sont aussi par rapport aux sujets de chaque prince en particu"lier; ils sont obligatoires comme conventions entre les puissances "contractantes; mais ils ont force de lois à l'égard des sujets "considérés comme tels."

• Etude du Droit, p. 58.

f 10 East. 536; Wheaton, Int. Law, pt. 4, ch. 4; Wildman, Int. Law, vol. 1, p. 160; Kent, Com. on Am. Law; Phillimore, Int. Law, vol. 3, § 646, p. 447 (ed. 1857); Heffter, Dr. Int. § 183; Halleck, Int. Law, p. 858; The Mentor, per Sir W. Scott, 1 Robinson, 183.

% Int. Law, p. 856.

§ Droit de la Nature, vol. 2, p. 458.

« PreviousContinue »