Page images
PDF
EPUB

HORATI FLACCI

OPERA

AVEC DES ARGUMENTS ANALYTIQUES ET HISTORIQUES
COMMENTAIRE ET NOTICE BIOGRAPHIQUE

Par A. CARTELIER

Agrégé des classes supérieures, ancien élève de l'École normale.

Édition revue, refondue, augmentée de remarques sur la langue,
la syntaxe et les hexamètres d'Horace,

[merged small][graphic]

PARIS

LIBRAIRIE CH. DELAGRAVE
15, RUE SOUFFLOT, 15

1899

[merged small][merged small][ocr errors]

AVERTISSEMENT

SUR CETTE NOUVELLE ÉDITION

Nous offrons à nos collègues et aux élèves studieux une nouvelle édition classique d'Horace, dans laquelle nous avons cherché à ramasser en aussi peu de pages que possible tout ce qui était nécessaire pour bien comprendre cet auteur délicat, dont les difficultés résultent le plus souvent des allusions qu'il fait aux choses de son temps. Quelques-unes de nos notes sont extraites de l'excellente édition du savant Orelli, de Zurich 1. Nous avons cherché des secours indispensables dans le livre si plein d'érudition de M. Walckenaër2 et dans les articles du Journal des Savants (1841-1842) où M. Patin a rendu compte de cet important ouvrage. M. Patin a beaucoup parlé d'Horace dans son cours : nous eussions été heureux de trouver imprimées ses fines et spirituelles leçons, digne commentaire du poète le plus gracieux de la langue latine3. Si nous n'avions craint d'allonger outre mesure ce petit volume, nous aurions souvent éclairci le texte, plein de détails locaux, par des explications empruntées au curieux ouvrage de M. Ch. Dezobry sur Rome antique'. Les lecteurs qui voudront pénétrer plus avant dans la connaissance de la vie romaine, où Horace les introduit à chaque instant, pourront recourir aux passages de ce livre instructif où nous les renvoyons. Nous nous sommes efforcé d'être complet sans être

1. Horatii Flacci opera omnia, 2 vol. in-8°; Turici, 2o édit., 1844.

2. Histoire de la vie et des poésies d'Horace, 2 forts vol. in-8°; Paris,

1840.

3. Elles ont été publiées en 1869 dans ses Etudes sur la poésie latine sous la république, 2 vol. (L. P.)

4. Rome au siècle d'Auguste, ou

Voyage d'un Gaulois à Rome à l'épɔque du règne d'Auguste et pendant une partie du règne de Tibère, précédé d'une description de Rome; nouvelle édition, ornée d'un grand plan et de vues de Rome antique; 4 vol. in-8°, Paris, 1846-47. C'est à cette édition que se réfèrent les renvois. (L. P.)

trop long si nous entrons dans plus de détails qu'on ne le fait d'ordinaire dans ces sortes d'ouvrages, c'est afin de pouvoir être utile non seulement aux élèves, mais aux maîtres, dont le plus grand nombre est éloigné des bibliothèques où se trouvent les travaux importants que nous avons pu consulter.

Nous donnons une Notice biographique presque entièrement extraite d'Horace lui-même. On trouvera ensuite un petit traité, aussi succinct et aussi complet que possible, sur tous les mètres dont l'auteur s'est servi soit dans les pièces intitulées Carmina1, soit dans les pièces du genre familier appelées Satiræ ou Sermones et Epistolæ. Cette connaissance est plus spécialement utile pour l'intelligence de la poésie lyrique, et nous invitons les jeunes gens à se familiariser avec le rythme des odes (Carmina), aussi bien qu'avec le vers dactylique hexamètre2, qu'ils ont commencé d'ailleurs à connaître déjà dans les poèmes de Virgile et d'Ovide. Nous n'entrons dans aucune discussion sur les points contestables de la métrique, qui appartiennent à l'érudition, et ne donnons que ce qui est utile à l'étude du poète dont nous avons cherché à rendre la lecture plus facile.

1. Le mot odes (odæ, de wozi), par lequel nous traduisons carmina, paraît avoir été inconnu dans la langue

latine avant le v siècle après J.-C.
(L. P.)
2. (L. P.)

NOTICE

BIOGRAPHIQUE ET LITTÉRAIRE

SUR

HORACE 1

Horace est de tous les poètes celui qui a été le plus généralement goûté dans tous les temps. Il n'a pas eu de détracteurs. Virgile, tant admiré, a été moins lu, surtout dans les temps modernes. L'Énéide, malgré la magnificence continuelle du style et beaucoup de passages et de traits sublimes, a eu souvent besoin d'être défendue contre des lecteurs peu amis des longs récits; Horace n'a jamais eu le malheur de fatiguer personne, et quiconque l'a lu l'a aimé. Peut-être doitil tant de succès à un grand défaut de caractère, à sa paresse. Sans se douter qu'il augmentait sa renommée en économisant sa veine, il n'a mis au jour qu'un petit nombre de vers parfaits, dignes d'être appris et retenus par cœur. Il n'a guère produit que dix mille vers en plus de trente années, et il ne s'est pas donné beaucoup de peine pour conquérir le premier rang parmi les plus grands poètes.

Q. Horatius Flaccus, que nous nommons Horace, naquit à Venouse 2 sous le consulat de L. Aurelius Cotta et de L. Manlius Torquatus3, le 6 des ides de décembre de l'an 689 de Rome (8 décembre, 65 ans avant Jésus-Christ), deux ans avant le consulat de Cicéron et de C. Antonius. Alors florissaient les poètes Lucrèce, Calvus, Catulle, les orateurs Hor

1. Cette notice est presque entièrement extraite d'Horace lui-même.

2. Venusia, aujourd'hui Venosa, ville d'Apulie sur les confins de

[ocr errors]

la Lucanie. V. Sat. II, 1, 34 et sui-
vants.

3. Od. III, xv, 1; Epod. x, 6.
4. Suétone, Vie d'Horace.

« PreviousContinue »