Œuvres de Madame et de Mademoiselle Deshoulières, Volume 1

Front Cover
Stéréotype d'Herhan [A. A. Renouard] XI., 1803 - French literature
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 32 - Dans un fauteuil doré, Phèdre, tremblante et blême, Dit des vers où, d'abord, personne n'entend rien. Sa nourrice lui fait un sermon fort chrétien Contre l'affreux dessein d'attenter sur soi-même. Hippolyte la hait presque autant qu'elle l'aime ; Rien ne change son cœur ni son chaste maintien. La nourrice l'accuse : elle s'en punit bien; Thésée a pour son fils une rigueur extrême.
Page 25 - Cette fière raison dont on fait tant de bruit, Contre les passions n'est pas un sûr remède. Un peu de vin la trouble, un enfant la séduit ; Et déchirer un cœur qui l'appelle à son aide, Est tout l'effet qu'elle produit.
Page 24 - AS ! petits moutons, que vous êtes heureux ! Vous paissez dans nos champs, sans souci, sans alarmes: Aussitôt aimés qu'amoureux , On ne vous force point à répandre des larmes ; Vous ne formez jamais d'inutiles désirs. Dans vos tranquilles cœurs l'amour suit la nature : Sans ressentir ses maux , vous avez ses plaisirs.
Page 200 - Misérable jouet de l'aveugle fortune, Victime des maux et des lois, Homme, toi qui, par mille endroits, Dois trouver la vie importune, D'où vient que de la mort tu crains tant le pouvoir? Lâche, regarde-la sans changer de visage ; Songe que, si c'est un outrage, C'est le dernier à recevoir!
Page 44 - Que votre éclat est peu durable , Charmantes fleurs , honneur de nos jardins ! Souvent un jour commence et finit vos destins ; Et le sort le plus favorable Ne vous laisse briller que deux ou trois matins. Ah ! consolez-vous-en , jonquilles , tubéreuses , Vous vivez peu de jours , mais vous vivez heureuses , Les médisants ni les jaloux Ne gênent point l'innocente tendresse Que le printemps fait naître entre Zéphyre et vous.
Page 152 - Pour être mieux traité que nous? Qu'on ne me vante point ces biens imaginaires, Ces prérogatives, ces droits, Qu'inventa notre orgueil pour masquer nos misères : C'est lui seul qui nous dit que, par un juste choix, Le Ciel mit, en formant les hommes, Les autres êtres sous leurs loix.
Page 201 - En des égarements étranges. L'amour-propre est , hélas ! le plus sot des amours ; Cependant des erreurs il est la plus commune. Quelque puissant qu'on soit en richesse , en crédit , Quelque mauvais succès qu'ait tout ce qu'on écrit , Nul n'est content de sa fortune , Ni mécontent de son esprit.
Page xxii - Hunneric est un homme indifférent, Qui comme on veut et la prend et la laisse. Et sur le tout le sujet est traité Dieu sait comment! Auteur de qualité ', Vous vous cachez en donnant cet ouvrage. C'est fort bien fait de se cacher ainsi; Mais, pour agir en personne bien sage, II nous falloit cacher la pièce aussi.
Page 33 - Hippolyte la hait presque autant qu'elle l'aime : Rien ne change son cœur, ni son chaste maintien. La nourrice l'accuse ; elle s'en punit bien. Thésée a pour son fils une rigueur extrême. Une grosse Aricie, au teint rouge, aux crins blonds, N'est là que pour montrer deux énormes tétons, Que, malgré sa froideur, Hippolyte idolâtre.
Page 46 - Il est l'âme de l'univers : Comme il triomphe des hivers Qui désolent nos champs par une rude guerre , D'un cœur indifférent il bannit les froideurs. L'indifférence est pour les cœurs Ce que l'hiver est pour la terre.

Bibliographic information