Page images
PDF
EPUB

vexée? Or, n'avoir pas à se plaindre eût mieux valu qu'être vengé. Que s'il se trouvait quelque ville où nul ne se rendît jamais coupable, un orateur serait superflu parmi ces citoyens innocens, comme un médecin parmi des gens qui se portent bien. De même que l'art de la médecine est peu en pratique, et fait peu de progrès chez des nations qui jouissent d'une santé ferme et robuste, ainsi la gloire des orateurs diminue et s'obscurciť au milieu des bonnes moeurs et sous l'obéissance d'un gouvernement. Qu'est-il besoin de longues opinions au sénat, quand les plus vertueux sont sitôt d'accord; de nombreuses harangues au peuple, quand la multitude ignorante ne délibère plus sur les affaires de l'État, mais que le plus sage décide seul; d'accusations volontaires, quand les délits sont si rares et si légers; de défenses véhémentes et sans fin, quand la clémence du prince va au-devant des accusés en péril ? Croyezmoi, hommes recommandables, hommes éloquens autant qu'il est encore nécessaire, si vous étiez nés dans les âges précédens, et si les orateurs que nous admirons étaient nés dans les tems actuels; si quelque dieu tout à coup changeait respectivement vos existences, vos époques, la haute renommée, la gloire de l'éloquence ne vous eût pas manqué, non plus qu'à eux la mesure et la modération; mais, puisque dans le même tems on ne saurait obtenir beaucoup de réputation et beaucoup de repos, que chacun, sans dénigrer un autre siècle, jouisse des avantages du sien.

XLII. Maternus ayant fini: Sur quelques points, reprit Messala , j'oserais vous contredire ; sur d'autres , je voudrais plus de développemens, si le jour n'était à son terme. Eh bien, dit Maternus, vous serez satisfait une autre fois; et si, dans mon discours, vous avez trouvé quelque chose d'obscur, nous en conférerons de nouveau. Se levant alors, et embrassant Aper: Je vous accuserai devant les poètes, lui dit-il; et Messala vous dénoncera aux amateurs de l'antiquité. Et moi, répondit Aper, je vous dénoncerai tous deux aux rhéteurs et aux chefs des écoles. On rit; et nous nous séparâmes.

LA POÉTIQUE

D’ARISTOTE.

TRADUCTION,

D'ARISTOTE.

CHAPITRE PREMIER.

Différence des Arts en ce qui concerne l'Imitation.

[ocr errors]

Je vais développer, selon l'ordre naturel, en commençant par les principes, la Poétique générale, les genres de poésie, leur puissance spéciale, les meilleures formes poétiques dans la composition des fables, le nombre et la qualité des parties qui forment chaque genre, enfin toutes les autres questions que renferme cette théorie: l'Épopée, la Tragédie; la Comédie, le Dithyrambe. Presque toujours la flûte et la lyre se ressemblent dans leur but : l'imitation en général; mais elles diffèrent en trois choses : les moyens d’imiter, les objets imités, le mode d'imitation. Comme, en d'autres arts, on imite avec les couleurs et les figures, soit par

soit par habitude, soit par ces deux choses réunies, de même, en ceux dont il s'agit, l'imitation se fait par le rhythme, le discours, le chant, soit mêlés, soit séparés. La flûte, la lyre, les arts de même nature, le

:

[ocr errors]

théorie,

[ocr errors]
« PreviousContinue »