Page images
PDF
EPUB

IX.

SUR L'ABBÉ MORELLET.

QUAND l'abbé Morellet écrit,
Ne lui demandez pas d'esprit:
C'est un impôt dont il s'exempte;
Et ce doyen des vieux enfans
Ne tient pas à quatre-vingts ans
Ce qu'il promettait à soixante.

ÉPITAPHE DE CARION DE NISAS.

CI-Gît Carion de Nisas,
Le Sophocle de Pézénas.
Comme au jeu de la comédie
Le rire semble défendu,
Afin que rien ne fût perdu,
Il fit rire à la tragédie",

XI.

SUR REWBEL,
L'un des cinq premiers membres du Directoire.

An IV.

Rewbel, directeur! le pauvre homme!
Devait-on s'attendre à cela?

1. Voyez l'analyse de sa tragédie de Montmorency par Chénier, tome III des OEuvres anciennes, page 237. (Note de l'éditeur.) OEuvres posthumes. II.

23

- Pourquoi non ? Sous Caligula Il eût été consul de Rome.

XII.

CHANSON NOUVELLE'.

Belle Requête de Cadet Devaux en faveur du Feu et de la Roue.

NIVOSE AN IX.

AIR : Un soir revenait Cadet.

Cadet dit éloquemment

A voix claire et haute:
Tout législateur clément

Compte sans son hôte.
Si le bourreau perd ses droits,
S'il ne rompt plus quelquefois,
C'est la faute de vos lois,

Ce n'est pas ma faute.

Qu'ont fait la roue et le feu

Pour qu'on nous les ôte?
En dépit de Montesquieu,

Rendez-les sans faute;
Grâce à maint barbare écrit,
Ce doux plaisir est proscrit:
C'est la faute aux gens d'esprit,

Ce n'est pas ma faute.

1. Voyez l'épigramme sur le même M. Cadet Devaux, tom. III des OEuvres anciennes , page 437 (Note de l'Éditeur.)

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

ROQUETTE dans son tems, Périgord dans le nôtre,

Furent tous deux prélats d’Autun.
Tartufe est le portrait de l'un;
Ah! si Molière eût connu l'autre!

XIV.

SUR LE MÊME.

PLUVIOSE AN IX.

L’ADroit Maurice, en boitant avec grâce,
Aux plus dispos pouvant donner leçons,
A front d'airain unissant cæur de glace,
Fait, comme on dit, son thème en deux façons.
Dans le parti du pouvoir arbitraire,

Furtivement il glisse un pied honteux;
L'autre est toujours dans le parti contraire;
Mais c'est le pied dont Maurice est boiteux.

ÉPITAPHE DE L'AUTEUR.

Je vécus un moment, triste et gai, sage et fou; Je ne sais d'où je viens, et vais je ne sais où.

ÉPIGRAMMES

ATTRIBUÉES A CHÉNIER'.

1.

HISTOIRE LITTÉRAIRE DE M. PETITOT.

Il faisait en l'an deux des gazettes civiques,
On le siffla ; plus tard, des tirades tragiques,
On le siffla; bientôt devenu traducteur,
On le siffla; bientôt correcteur, éditeur,
On le siffla; changé de face et de bannières,
On le siffla ; sifflé dans les deux hémisphères ,
Le brave Petitot, plus grand que ses malheurs,
Pour qu'on ne sifflât plus endormit les siffleurs.

[ocr errors]

II.

SUR M. L'ABBÉ SICARD.

L'ABBÉ Sicard, ce beau Tartufe en chape, Pour notre république est un rare sujet : Il fait entendre au sourd , et crier au muet:

Vive le Roi, vive le Pape!

1. Nous imprimons ici ces épigrammes, parce qu'elles sont attribuées à Chénier; mais nous n'en garantissons pas l'authenticité. (Note de l'Éditeur.)

+

OEuvres posthumes. II.

« PreviousContinue »