Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][graphic]

DES

INTERPOLATIONS

Dans Les PANDECTES

ET DES MÉTHODES

PROPRES A LES DÉCOUVRIR

PAR

Henri APPLETON

AVOCAT A LA COUR D'appkl DE LYON
DOCTEUR EN DROIT

PARIS

LIBRAIRIE

DU RECUEIL GÉNÉRAL DES LOIS ET DES ARRÊTS

ET DU JOURNAL DU PALAIS

L. LAROSE, ÉDITEUR

22, RUE SOUKFLOT, 22

1895

[graphic]

INTRODUCTION.

SECTION I.
Des interpolations en général.

1. Définition des interpolations. Celle de Gradenwitz est trop large: les suppressions aux textes ne sont pas des interpolations; d'ailleurs elles sont rarement intéressantes. Les autres changements apportés aux textes ne sont des interpolations que s'ils sont voulus. — 2. Distinction des interpolations et des autres altérations. Les glossèmes. — 3. Les erreurs provenant de l'emploi des sigles : la L. 1 D., De origine juris, 1,2. — A. Une interpolation est beaucoup plus admissible et beaucoup plus vraisemblable a priori que toute autre altération. — 5. Pouvoir donné aux compilateurs d'interpoler. Constitution Tanta circa.

6. En quoi consistent les retouches opérées par les compilateurs. —

7. Hardiesse, importance matérielle et effets des interpolations : la L. 1 D., De legatis, 30. — 8. Suite: la L. 1, § 1, D., De utrubi, 43,31. — 9. Suite : L. 1 D., De his qui notantur infamia, 3, 2. — 10. Suite : la L. 25 D., Locati cooducti, 49, 2, comparée à la L. la C, 4, 38, et aux §§140 et t43 du commentaire III de Gaius. Pourquoi l'on a fait cette interpolation.

1. Au moment où nous entamons l'étude des interpolations dans le Digeste, et des différentes méthodes propres à les révéler, il nous faut définir ce que nous entendons par ce terme à'interpolations.

Gradenwitz (*) les définit « les changements quel a com

(1) Interpolationen in den Pandehten, p. I. A.

mission législative instituée par Justinien a fait subir aux fragments des écrits des jurisconsultes insérés dans les Pandectes, précisément pour permettre cette insertion. »

Ainsi, pour cet auteur, tout changement, pourvu qu'il soit intentionnel, constitue une interpolation. Il suffit que les compilateurs, dans le but d'insérer un fragment au Digeste, l'aient rapporté d'une manière infidèle , pour que l'interpolation existe. Elle peut donc consister dans une addition au texte original, dans une substitution, ou même dans l'omission de certains mots ou de certains membres de phrase.

Nous n'admettons pas de tout point cette définition, que nous trouvons trop large. A notre sens, le terme d'interpolation ne peut s'entendre que des additions ou des substitutions faites au texte primitif, mais non pas des suppressions ou retranchements qu'on lui a fait subir. Et en effet, cette conception plus étroite de l'interpolation est mieux en harmonie avec le sens étymologique de ce mot : inter polare, introduire dans, insérer entre deux, ce qui indique une adjonction, une intercalation. Cela s'applique à merveille au cas où les compilateurs ont ajouté au fragment qu'ils citaient. Cela peut même se dire de l'hypothèse où ils se sont bornés à remplacer certains mots par d'autres, car ici encore on aperçoit ce qu'ils ont glissé de leur crû dans le texte rapporté. Mais cela ne saurait s'entendre de la suppression pure et simple d'un mot ou d'un passage. En pareille hypothèse, ils n'ont rien mis, rien intercalé.

On peut ajouter, dans le même ordre d'idées, que l'on a toujours pris notre expression comme synonyme de emblemata Iriboniani, si bien qu'il est d'usage de se servir indistinctement de l'un ou de l'autre terme. Or, le sens du mot grec î^k^n est très net. 11 signifie pièce rapportée,

« PreviousContinue »