Histoire abrégé des sciences métaphysiques, morales et politiques depuis la renaissance des lettres, Volume 2

Front Cover
F. G. Levrault, 1823
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 197 - Regardez-y de près , et vous verrez que le mot liberté est un mot vide de sens ; qu'il n'ya point et qu'il ne peut y avoir d'êtres libres; que nous ne sommes que ce qui convient à l'ordre général , à l'organisation , à l'éducation et à la chaîne des événements. Voilà ce qui dispose de nous invinciblement.
Page 200 - Spmosa ; mais êtesvous aussi dangereux qu'on le dit? Je soutiens que non ; et ma raison , c'est que vous êtes confus , que vous avez écrit en mauvais latin , et qu'il n'ya pas dix personnes en Europe qui vous lisent d'un bout à l'autre, quoiqu'on vous ait traduit en francais. Quel est l'auteur dangereux ? c'est celui qui est lu par les oisifs de la cour et par les dames.
Page 199 - On se débat; c'est vous, c'est lui, c'est moi, c'est toi; non ce n'est pas nous; hé mais qui donc? (» retombe a»iis.) 0 bizarre fuite d'événements! Comment cela m'est-il arrivé? Pourquoi ces choses et non pas d'autres? Qui les a fixées sur ma tête?
Page 199 - Comment cela m'est-il arrivé ? Pourquoi ces choses et non pas d'autres? Qui les a fixées sur ma tête? Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis : encore je dis ma gaieté sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce moi dont je m'occupe...
Page 351 - Quant à Voltaire , il a trop d'esprit pour m'entendre ; tous les livres qu'il lit, il les fait; après quoi , il approuve ou critique ce qu'il a fait.
Page 383 - ... c'est elle qui nous inspire quand nous pensons bien; c'est elle qui nous reprend quand nous pensons mal. Nous ne tenons pas moins d'elle la raison que la vie. Elle est comme un grand océan de lumière : nos esprits sont comme de petits ruisseaux qui en sortent, et qui y retournent pour s'y perdre.
Page 299 - Ainsi, puisque l'étendue, la ligure, le nombre et le mouvement des corps, qui sont d'une grosseur propre à frapper nos yeux, peuvent être aperçus par la vue à une certaine distance, il est évident que certains petits corps imperceptibles doivent venir de l'objet que nous regardons jusqu'aux yeux , et par là communiquer au cerveau certains mouvements qui produisent en nous les idées que nous avons de ces différentes qualités.
Page 198 - Adoptez ces principes si vous les trouvez bons, ou montrez-moi qu'ils sont mauvais. Si vous les adoptez , ils vous réconcilieront aussi avec les autres et avec vous-même : vous ne vous saurez ni bon ni mauvais gré d'être ce que vous êtes. Ne rien reprocher aux autres, ne se repentir de rien : voilà les premiers pas vers la sagesse. Ce qui est hors de là est préjugé, fausse philosophie. Si l'on s'impatiente, si l'on jure, si l'on mord la pierre , c'est que dans l'homme le mieux constitué,...
Page 116 - Mais c'est un malheur des hommes de se dégoûter enfin de la raison même, et de s'ennuyer de la lumière. Les chimères commencent à revenir et plaisent , parce qu'elles ont quelque chose de merveilleux.
Page 52 - D'où nous pouvons conjecturer quelle sorte de notions avaient ceux qui les premiers parlèrent ces langues-là, d'où elles leur venaient dans l'esprit, et comment la nature suggéra inopinément aux hommes l'origine et le principe de toutes leurs connaissances, par les noms mêmes qu'ils...

Bibliographic information