Dissertation sur l'origine des poëmes attribués à Homère, et sur les cycles épiques de l'antiquité et du moyen âge

Front Cover
1849 - 64 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 1 - Ducere quo vellet. Fuit haec sapientia quondam, Publica privatis secernere, sacra profanis, Concubitu prohibere vago, dare jura maritis, Oppida moliri, leges incidere ligno ; Sic honor et nomen divinis vatibus atque 400 Carminibus venit.
Page 43 - Pictoribus atque poetis Quidlibet audendi semper fuit aequa potestas. Scimus et hanc veniam petimusque damusque vicissim ; Sed non ut placidis coeant immitia, non ut Serpentes avibus geminentur, tigribus agni.
Page 39 - S'il a résisté à la séduction, c'est qu'indépendamment du raisonnement lumineux de ses adversaires , il est vivement effrayé de ce pyrrhonisme qui veut aujourd'hui se glisser dans les sciences, et ébranler les traditions littéraires, comme il a détruit la foi religieuse et troublé le bonheur d'une époque dans laquelle la Providence nous a condamnés à vivre.
Page 22 - N'offrez point un sujet d'incidents trop chargé. Le seul courroux d'Achille, avec art ménagé, Remplit abondamment une Iliade entière : Souvent trop d'abondance appauvrit la matière. Soyez vif et pressé dans vos narrations ; Soyez riche et pompeux dans vos descriptions. C'est là qu'il faut des vers étaler l'élégance ; N'y présentez jamais de basse circonstance.
Page 59 - Merlin ; mais ce furent les romans postérieurs qui achevèrent cette création, et qui firent de la courd'Arthus un monde vivant, dont tous les personnages n'étaient pas moins connus que ne le sont aujourd'hui ceux de la cour de Louis XIV. Le roman de Merlin, fils du diable e,t d'une...
Page 55 - Qui veult avoir le non des bons et des vaillans, 11 doit aler souvent à la pluie et au champs Et estre en la bataille, ainsi que fist Rolans Et li bers Olivier, et Ogier li poissans, Les .iiii.
Page 5 - On dirait que tes yeux ont été les témoins de ce que tu racontes , ou que tu l'as appris de leur propre bouche. ) Ce pansage pourrait fonder la vérité de la plupart des aventures qu'Homère a chantées.
Page 57 - ... l'on en conserve quelques traits, ils n'ont rien de piquant ou d'aventureux. .Les trouvères nous ont laissé des romans de chevalerie et des fabliaux ; les premiers sont le vrai titre de gloire des douzième et treizième siècles. Toute la chevalerie qui apparaît tout à coup dans ces romans , cet héroïsme d'honneur et d'amour , ce dévouement des plus forts aux plus faibles, cette noblesse, cette pureté de caractère, partout présentée pour modèle...

Bibliographic information