Page images
PDF
EPUB
[graphic][merged small][merged small][merged small]

COMPLÈTES

DE BOSSUET

PUBLIEKS

D'APRÈS LES IMPRIMÉS ET LES MANUSCRITS ORIGINAUX

PURGÉES DES INTERPOLATIONS ET RENDUES A LEUR INTÉGRITÉ

PAR F. LACHAT

ÉDITION

RENFERMANT TOUS LES OUVRAGES ÉDITÉS ET PLUSIEURS INÉDITS

VOLUME I

L.V.

PARIS
LOUIS VivÈS, LIBRAIRE-ÉDITEUR

13, RUE DELAMBRE, 13

1875

[ocr errors][merged small][merged small]

A SA GRANDEUR

MONSEIGNEUR SERGENT,

ÉVÊQUE DE QUIMPER.

MONSEIGNEUR,

Il y a trois ans à peine, quand Votre Grandeur daignait bénir la première pierre de mon humble maison , mon coeur attendri se rappelait avec une profonde reconnaissance que la main Episcopale qui répandait l'eau sainte s'était constamment rencontrée sur les divers chemins de ma laborieuse existence pour guider mes pas et encourager mes efforts. Dès lors j'eus la pensée de placer mes principales publications sous le patronage du nom illustre qui avait protégé le modeste éditeur.

Déjà Votre Grandeur m'a permis de lui dédier l'édition des Euvres complètes de Suarez, le plus grand théologien qu'ait eu l'Eglise depuis l'ange de l'Ecole, saint Thomas d'Aquin. Le succès de cette entreprise a dépassé mes espérances, et m'a prouvé une fois de plus que la bénédiction du Ciel est attachée à votre nom.

Aujourd'hui je viens offrir à Votre Grandeur les ouvres immortelles du plus beau génie catholique de notre France, et du plus illustre de nos évêques ; je viens déposer à vos pieds la

à première édition authentique de Bossuet.

TOM. I.

a

C'est une lamentable histoire, Monseigneur, que celle des mutilations et des surcharges, des suppressions calculées et des perfides additions infligées jusqu'ici à l'ouvre et à la mémoire de l'Aigle de Meaux. Les manuscrits de Bossuet devinrent, après sa mort, la propriété d'un neveu dont le caractère sacré, en retenant sous ma plume toute expression flétrissante ne, saurait pourtant m'empêcher de signaler l'incroyable audace. C'est sa main qui donna à l'Europe, contre des veux qui devaient être sacrés pour lui, la fameuse Defensio Cleri Gallicani. Depuis 1743 jusqu'à la révolution, la secte de Port-Royal, survivant comme à ses propres ruines, édita seule une portion considérable des manuscrits du grand homme. Alors disparurent pour jamais des cahiers écrits en entier de la main de Bossuet; un janseniste ardent, Lequeux, abbé de Saint-Yves, les livra aux flammes, en ajoutant à ce crime l'impudence de s'en vanter. Une Lettre aux Religieuses de Port-Royal, échappée par miracle à ce vandalisme de sectaire, et que j'ai le bonheur de publier dans le volume des Euvres inédites de Bossuet, permettra enfin de venger sa mémoire d'un reproche trop accrédité jusqu'ici , celui d'avoir secrètement favorisé le jansenisme. Les Lettres du grand Evêque ne furent pas mieux traitées. Au moyen d'habiles retranchements et d'additions insidieuses, on défigura la physionomie de l'auteur, et on supprima la partie intime qui aurait révélé dans Bossuet un cæur aussi noble que son génie. Après l'avoir ainsi outragé dans sa doctrine comme évêque, dans sa foi comme chrétien, dans sa correspondance comme homme, il ne restait plus à rabaisser dans Bossuet que sa réputation d'orateur, et à dénaturer cette éloquence qui tint sous le charme les plus grands esprits du siècle de Louis XIV. Cette dernière injure ne lui fut pas épargnée. En 1772, un petitneveu de Bossuet donnait les sermons de l'illustre orateur aux

« PreviousContinue »