Essai sur les finances et la comptabilité publique chez les Romains, Volume 1

Front Cover
Ernest Hisvin, éditeur, 1886 - Finance - 1041 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 167 - ... arrêtés à des époques différentes et justifiés par des pièces insuffisantes, tels furent les seuls éléments de travail que l'on mit à la disposition de ce bureau politique. Bientôt on lui fit succéder une commission de comptabilité nationale instituée par la loi du 24 juin 1793, et vainement appelée par l'acte constitutionnel du 22 août 1795 à dénoncer publiquement les abus et les malversations qui échappaient toujours à son contrôle. L'imperfection du mode de service, et...
Page 29 - Mommsen (62), que c'est là une affirmation inexacte ou du moins fort exagérée. Il n'existait pas, sans doute, sous la république, un budget complet et unitaire, ni surtout un budget des dépenses distribué par sections et voté annuellement par le sénat. Cependant il faut admettre, parallèlement au budget des recettes normales, indiqué plus haut, l'existence d'un budget quinquennal des dépenses ordinaires. En effet, le sénat ouvrait aux censeurs un crédit équivalant en général à la...
Page 166 - L'absence d'un contrôle effectif, suite du mélange, dans les mêmes mains, de la justice et de l'administration , fut une des plaies qui firent périr la constitution romaine. En laissant les richesses du monde s'accumuler entre les mains de quelques hommes, le sénat ne s'aperçut pas qu'il créait dans l'État une faction qui, un jour, et avec une force irrésistible, se disputerait Rome elle-même, comme une proie à dévorer.
Page 417 - Étude sur l'administration des finances de l'empire romain dans les derniers temps de son existence, pour servir d'introduction à l'histoire des institutions financières en France. In-8, xix-530 p. Paris, Guillaumin et G».
Page 162 - Mot à mot : de ces syeophaates. jusqu'à sa mort dans la même intimité et la même familiarité qu'auparavant. XXIII. Caton, sorti de la questure, ne laissa point pour cela la chambre du trésor sans surveillants; ses domestiques y passaient la journée, pour prendre note de tous les actes qui s'y faisaient; et lui-même ayant trouvé des registres qui contenaient tous les revenus de la république et les emplois qu'on en avait faits depuis Sylla jusqu'à sa questure, il les acheta cinq talents'...
Page 167 - ... réduite à une sorte d'isolement qui la rendait impuissante contre les abus, et qui lui enlevait les moyens de connaître les faits de la recette et de la dépense, de les vérifier en temps utile, et d'en présenter l'ensemble à l'apurement définitif que la législature se réservait de leur accorder elle-même. Une multitude de comptes arriérés et incomplets, présentés sous les formes les plus variées et les plus irrégulières, par des traitants et par des préposés de toute espèce,...
Page 423 - Dco auctorc, § 7. § 24. Forme nouvelle des lois proprement dites; constitutions impériales en particulier. Nous trouvons encore jusqu'au temps d'Adrien, surtout dans le commencement de cette période, un assez grand nombre de leges populi et de plébiscita.
Page 164 - C'était lui seul qui donnait les fonds nécessaires pour l'administration provinciale, lui seul qui recevait le reliquat, lui seul, par conséquent, qui pouvait contrôler des dépenses qu'il avait autorisées. C'est par là surtout, comme le remarque Polybe, qu'il tenait les magistrats dans sa dépendance, car il n'était pas (1J Val.
Page 8 - Essai sur les finances et la comptabilité publique ches les flomains(\), « qu'il est permis de rechercher les premières notions de la science financière , chez le peuple le plus calculateur, le plus exact et le plus politique de l'antiquité.
Page 167 - ... variées et les plus irrégulières, par des traitants et par des préposés de toute espèce, pour des services très-nombreux, arrêtés à des époques différentes et justifiés par des pièces insuffisantes, tels furent les seuls éléments de travail que l'on mit à la disposition de ce bureau politique. Bientôt on lui fit succéder une commission de comptabilité nationale instituée par la loi du 24 juin 1793, et vainement appelée par l'acte constitutionnel du 22 août 1795 à dénoncer...

Bibliographic information