Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

AVIS.

Cette publication, que nous avons cru pouvoir intituler le Siècle d'Auguste, parce qu'elle reproduit sous un jour quelquefois nouveau des æuvres qui sont comme le symbole du grand siècle, dont Horace et Virgile représentent l'histoire et les idées, comprend les poëmes suivants :

10 Les Eglogues complètes de Virgile, non traduites par Delille, présentées dans un nouvel ordre, avec l'hymne à Pollion, au point de vue chrétien ;

2° Les Odes historiques et philosophiques d'Horace et pièces diverses du même ;

3. Les principaux épisodes et fragments du grand poëme épique de Virgile, l'Énéide, relatifs surtout aux origines et aux illustrations de Rome;

4o On a joint à la fin le tableau de plusieurs grands siècles de l'Europe moderne, savoir : d'Élisabeth en Angleterre, de Louis XIV en France, et quelques faits des règnes de Pierre ser et de Catherine II en Russie, au siècle dernier; morceaux extraits de nos grands poëtes français, et reproduits dans des vers empruntés à la langue de Virgile et d'Horace: ces faibles souvenirs de versification classique pourront plaire aux amateurs des études anciennes.

Voir la table et l'errata à la fin du volume.

Paris.- Imprimé chez Bonaventure et Ducesso13, **, quai des Augustins.

84.703

OU

LE SIÈCLE D'AUGUSTE

ESSAIS POÉTIQUES ET HISTORIQUES

AVEC REMARQUES SUR LES USAGES ET LES OPINIONS DES ANCIENS QUI SE SONT CONSERVÉS PARMI NOUS, ET SUR QUELQUES RAPPORTS DES TEMPS DE VIRGILE

ET D'HORACE AVEC LE TEMPS PRÉSENT;

PAR

E. FARIAU DE SAINT-ANGE.

Hunc saltem everso juvenem succurrere sæclo
Ne prohibete!

VIRG.

Souffrez que ce héros, après nos longs combats,
Prête au siècle ébranlé le secours de son bras,

Ving.

PARIS

DIDIER ET Ce, LIBRAIRES-EDITEURS

35, QUAJ DES AUGUSTINS.

1859

Tous droits réservés.

PRÉFACE.

Le célèbre Rollin, sous l'autorité duquel il est toujours bien de se placer en fait d'études, dit dans son traité spécial sur cet objet, en parlant d'Homère, que ce père de la poésie fournit une source d'observations importantes sur les opinions, les mæurs et les usages des anciens, ainsi que sur leur vie civile et politique.

C'est en partie à ce point de vue que l'auteur de ces essais ou études s'est placé à l'égard des deux grands poëtes latins. Indépendamment de leur forme lyrique, qu'il a cherché à reproduire, il y a choisi souvent divers fragments, dans les rapports qu'ils offrent avec nos opinions, nos sentiments et nos usages. Nous citerons ici quelques traits principaux de ces ressemblances.

Virgile et Horace, comme Homère, selon la remarque de Rollin, témoignent de la connaissance générale chez les anciens d'un Dieu suprême, unique et tout-puissant, duquel dépendaient toutes les divinités secondaires et spéciales qu'avaient imaginées Rome et la Grèce. Ure

« PreviousContinue »