Page images
PDF
EPUB

Intentata nites! Me tabula sacer
Votiva paries indicat uvida

Suspendisse potenti
Vestimenta maris Deo.

ODE VI.

AD AGRIPPAM.

SCRIBERIS Vario fortis, et hostium
Victor, Mæonii carminis alite,
Quam rem cumque ferox navibus aut equis

Miles te duce gesserit.
Nos, Agrippa, neque hæc dicere, nec gravem
Pelidæ stomachum cedere nescii,
Nec cursus duplicis per mare Ulyxei,

Nec sævam Pelopis domum,
Conamur tenues grandia : dum pudor,
Imbellisque lyræ Musa potens vetat
Laudes egregii Cæsaris, et tuas,

Culpa deterere ingenî.
Quis Martem tunica tectum adamantina
Digne scripserit ? aut pulvere Troio
Nigrum Merionem? aut ope Palladis

Tydiden superis parem?
Nos convivia, nos prælia virginum
Sectis in juvenes unguibus acrium
Cantamus vacui, sive quid urimur,

Non præter solitum leves.

Hélas! de mon naufrage encore tout humide,
Dans le temple des Dieux mon débris suspendu
Atteste mon serment, que le ciel a reçu,

De fuir toujours une perfide.

ODE VI.

A AGRIPPA.

C'est au noble rival de l’aigle d'Aonie

De dire vos combats :
Sur la terre et les eaux votre puissant génie

A conduit nos soldats.

Ma Muse n'oserait chanter du fier Achille

L'implacable douleur,
La maison de Pélops, en crimes si fertile,

Ulysse et son malheur.

A mon luth amoureux les filles de Mémoire
Ont donné

peu
de

sons,
Et Phébus me défend de ternir votre gloire

Par més faibles chansons.

Qui peindra le dieu Mars, dont le casque étincelle,

Ou Mérion poudreux,
Ou Diomède enfin, qu'une auguste immortelle

Rendit égal aux Dieux?

Pour moi, libre ou blessé d'une atteinte légère,

Je dirai ces combats
Où le doigt de Chloé menace un téméraire,

Qu'il n'égratigne pas.

ODE VII.

AD MUNATIUM PLANCUM.

Laudabunt alii claram Rhodon, aut Mitylenen,

Aut Ephesum, bimarisve Corinthi Monia, vel Baccho Thebas, vel Apolline Delphos

Insignes, aut Thessala Tempe.
Sunt quibus unum opus est, intactæ Palladis arces

Carmine perpetuo celebrare,
Indeque decerptam fronti præponere olivam.

Plurimus, in Junonis honorem,
Aptum dicit equis Argos, ditesque Mycenas.

Me nec tam patiens Lacedæmon,
Nec tam Larissæ percussit campus opimæ,

Quàm domus Albuneæ resonantis,
Et præceps Anio, ac Tiburni lucus, et uda

Mobilibus pomaria rivis.
Albus ut obscuro deterget nubila cælo

Sæpè Notus, neque parturit imbres
Perpetuos; sic tu sapiens finire memento

Tristitiam vitæque labores
Molli, Plance, mero; seu te fulgentia signis

Castra tenent, seu densa tenebit
Tiburis umbra tui. Teucer Salamina patremque

Cùm fugeret, tamen uda Lyæo Tempora populeâ fertur vinxisse coronâ,

Sic tristes affatus amicos:

ODE VII.

A MUNATIUS PLANCUS.

Que d'autres chantent Rhode, Éphèse, ou Mitylène;
Corinthe, que deux mers embrassent de leurs flots;
Les vallons de Tempé, les murs du fils d’Alcmène;
Ou l'ile d'Apollon, la charmante Délos.

Que l'un vante, en l'honneur de la fille de Rhée,
L'opulente cité soumise à Ménélas :
L'autre, ceint de l'olive à la paix consacrée,
Célébrera les murs que protège Pallas.

Pour moi, j'aime bien mieux cette charmante rive
Où l’Anio murmure à travers les rameaux,
Et ces vergers baignés d'une onde fugitive,
Que Sparte la guerrière, et les coursiers d'Argos.

Soit que

de Tivoli vous habitiez l'ombrage, Soit que

Mars vous retienne à ses nobles drapeaux; Comme un zephyr dissipe un sinistre nuage, Bacchus vous versera l'oubli de tous les maux.

C'est le recours du sage. A travers la tempête,
Jadis Teucer fuyait son père et son pays;
Inspiré par Bacchus, il couronne sa tête,
Et s'adresse, en ces mots, à ses tristes amis :

« Quò nos cumque feret melior fortuna parente,

« Ibimus, ô socii comitesque! « Nil desperandum Teucro duce, et auspice Teucro;

« Certus enim promisit Apollo « Ambiguam tellure novâ Salamina futuram.

O fortes pejoraque passi « Mecum sæpè, viri, nunc vino pellite curas:

« Cras ingens iterabimus æquor. »

ODE VIII.

AD LYDIAM.

Lydia, dic, per omnes
Te Deos oro: Sybarin cur properas amando

Perdere? cur apricum
Oderit campum, patiens pulveris atque solis?

Cur neque militaris
Inter æquales equitat, Gallica nec lupatis

Temperat ora frænis?
Cur timet flavum Tiberim tangere? cur olivum

Sanguine viperino
Cautiùs vitat? neque jam livida gestat armis

Brachia, sæpè disco,
Sæpè trans finem jaculo nobilis expedito?

Quid latet, ut marina
Filium dicunt Thetidis sub lacrymosa Trojæ

Funera, ne virilis
Cultus in cædem et Lycias proriperet catervas ?

« PreviousContinue »